Le quotidien des usagers du TER breton sera bientôt chamboulé. A partir du 2 juillet 2017, date de mise en service de la LGV qui mettra Rennes à 1h27 de Paris, tous les horaires des trains régionaux seront modifiés. «  Les horaires des TGV vont changer à Montparnasse, donc automatiquement tous les horaires des TER vont évoluer », indique Gérard Lahellec, vice-président de la région Bretagne en charge des transports.

>> A lire aussi : Bretagne : Les essais ont commencé sur le chantier de la LGV

Pour combiner les horaires des TGV avec ceux des TER, les équipes de la SNCF et de la région se sont livrées pendant près de trois ans à un exercice pour le moins complexe, et qui fera sûrement des mécontents. « Certains voyageurs seront gênés par les futurs horaires mais il y a des contraintes techniques dans la circulation des trains », souligne Gérard Lahellec. Encore en discussions avec SNCF Réseau, les grilles horaires définitives seront dévoilées courant avril.

Une offre ferroviaire renforcée

Afin de limiter la grogne, une consultation régionale a été menée entre le 10 juin et le 13 juillet 2016 auprès de 6.000 abonnés du TER afin de les sonder sur la nouvelle offre et recueillir leurs avis. « Des demandes ont été prises en compte avec des solutions apportées mais nous ne pouvons pas satisfaire tout le monde », poursuit l’élu.

>> A lire aussi : Bretagne: Les nouveaux TER Regio 2N montent en puissance

L’arrivée de la LGV s’accompagnera par ailleurs d’un renforcement de l’offre sur le réseau ferroviaire breton. La pointe bretonne en sera la principale bénéficiaire avec huit TGV supplémentaires chaque jour entre le Finistère et Paris.

>> Retrouvez tous les nouveaux horaires des TGV ici.

Quant à l’offre TER, elle progressera de 10 % d’un point de vue kilométrique. « Nous allons densifier l’offre dans le périurbain rennais avec trois trains par heure en pointe pour assurer une desserte de type TER. Pour les villes situées au-delà du périurbain rennais, les TER effectueront un minimum d’arrêts sur le périurbain afin de garantir de meilleurs temps de parcours. Tout le monde doit pouvoir profiter des gains de temps réalisés », souligne Gérard Lahellec.

Mots-clés :