Rennes veut tirer profit de ses rayons de soleil en installant du photovoltaïque sur ses toits

ENERGIE Une régie publique vient d’être créée pour gérer l’énergie photovoltaïque…

Camille Allain

— 

Illustration de la centrale photovoltaïque de la halle Pajol dans le 19e arrondissement de Paris. Elle a été inaugurée, le 15 avril 2013.

Illustration de la centrale photovoltaïque de la halle Pajol dans le 19e arrondissement de Paris. Elle a été inaugurée, le 15 avril 2013. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Une ville bretonne, sa préfecture même, qui mise sur l’énergie solaire. L’information fera sourire les météosceptiques mais elle est prise très au sérieux à Rennes. Lundi soir, le conseil municipal a voté en faveur de la création d’une régie publique de l’énergie photovoltaïque. « Nous approchons des 1.000 mètres carrés de panneaux installés. Créer cette régie devenait une obligation légale », explique Daniel Guillotin, adjoint en charge de l’écologie urbaine.

« C’est infime mais c’est utile »

Dans un premier temps, la création de cette structure publique ne devrait pas révolutionner la politique énergétique de la ville, dont la priorité n’est pas le solaire, mais plutôt les réseaux de chaleur. N’empêche, la ville continue d’investir ici et là, et va installer 270 m² de panneaux sur le toit d’un atelier municipal du parc des Gayeulles. « Cela couvre la consommation de quatre ménages [hors chauffage et eau chaude]. C’est infime, mais c’est utile », poursuit l’élu. En 2013, c’est sur le toit d’une école du quartier de La Poterie que les panneaux avaient été installés.

L’an dernier, l’ensemble des panneaux ont rapporté 25.000 euros à la ville, versés par EDF pour le rachat de l’électricité. Du coup, la municipalité songe à mettre à profit tous les toits de ses bâtiments publics pour y accueillir des panneaux solaires. Mais comme elle ne souhaite pas les financer, elle aimerait d’abord se tourner vers des promoteurs prêts à utiliser ses toits. « Nous avons beaucoup de demandes de la part d’investisseurs. Cela permettrait d’avoir des financements pour aller plus vite et avoir un développement plus conséquent », confirme l’élu.

Habitants, investissez votre argent

Piscines, écoles (elles sont 83), hangars de stockage… Les possibilités sont très nombreuses dans une ville de 200.000 habitants. « Nous aimerions également que les habitants puissent investir financièrement dans ces projets », ajoute l’adjoint à l’écologie. Les particuliers sont en effet de plus en plus nombreux à placer leur argent dans les énergies renouvelables, devenant « actionnaires » de l’équipement, comme dans le cadre de projet d’éolien citoyen. Pour Mathieu Theurier, élu écologiste, il serait intéressant «de proposer aux supporters du Stade Rennais d'investir dans des panneaux installés sur le Roazhon Park par exemple».

Dans une région qui ne produit que 15 % de l’électricité qu’elle consomme, l’initiative a d’autant plus de sens. Mais il faudra du soleil.