Thomas Pesquet: Hénaff va s’envoler vers l'ISS avec le français (mais sans pâté)

ESPACE L’entreprise finistérienne connue pour son pâté a mis en boîte les plats concoctés par des grands chefs…

Jérôme Gicquel

— 

Photographiés le 10 novembre à Baïkonour, le Français Thomas Pesquet (à droite), aux côtés de l'Américaine Peggy Whitson et du russe Oleg Novitsky, partent pour la Station spatiale internationale le 17 novembre 2016.

Photographiés le 10 novembre à Baïkonour, le Français Thomas Pesquet (à droite), aux côtés de l'Américaine Peggy Whitson et du russe Oleg Novitsky, partent pour la Station spatiale internationale le 17 novembre 2016. — SIPA

Effiloché de volaille en parmentier, homard breton, joues de bœuf façon bourguignon… L’astronaute français Thomas Pesquet, qui s’apprête à rejoindre dans la nuit de jeudi à vendredi la Station spatiale internationale, ne devrait pas mourir de faim dans l’espace. Ce sont les équipes d’Alain Ducasse ainsi que le chef étoilé Thierry Marx qui ont concocté ces bons petits plats pour l’astronaute, qui devra au quotidien se contenter de plats lyophilisés.

>> A lire aussi : QUIZ. Etes-vous prêt(e) à prendre la place de Thomas Pesquet dans l'ISS?

Pour mettre en conserve ces recettes dans des boîtes en aluminium ultraléger, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a fait appel à l’entreprise bretonne Hénaff, connu pour son fameux pâté. Cette collaboration remonte déjà à 2011. A l’époque, la conserverie de Pouldreuzic rejoint le programme « Special Event Meals » mené par le Centre national d’études spatiales (CNES) afin de fournir des repas de qualité aux astronautes s’envolant à bord de la Station spatiale internationale.

>> A lire aussi : Comment ne pas rater une miette de la mise en orbite de Thomas Pesquet

Les aliments n’ont pas la même saveur dans l’espace

Hénaff profite en fait de son agrément USDA obtenu en 2008, qui lui permet « d’exporter des produits à base de viande aux Etats-Unis », explique Carole Machut, cherf de projet Recherche et Développement chez Hénaff. L’agrément en poche, l’entreprise bretonne se voit ainsi confirmer son expertise en matière d’appertisation et de sécurité des aliments.

>> A lire aussi : Cinq choses que vous ne saviez pas sur le pâté Hénaff

Un savoir-faire non négligeable quand on veut envoyer des bons petits plats dans l’espace où le goût est altéré. « On doit s’assurer que les plats soient exempts de toute bactérie. Cela passe par une phase de stérilisation qui ne convient pas à certains ingrédients. Certains légumes par exemple vont se décolorer ou perdre en goût », souligne Carole Machut.

Pas de pâté Hénaff au menu des astronautes

Au cours du premier semestre de l’année, les équipes d’Hénaff et de Ducasse ont donc planché dans un laboratoire de Pouldreuzic à l’élaboration et à la mise en boîte de treize plats validés par Thomas Pesquet en personne.

L’astronaute n’aura en revanche pas la chance de déguster du pâté Hénaff dans l’espace. « On aimerait bien mais ce n’est pas encore prévu. En tout cas on suivra avec attention ses aventures en espérant qu’il apprécie les plats », indique la chef de projet.