Rennes: La piscine Saint-Georges enfin classée monument historique

PATRIMOINE Le ministre de la Culture a signé un arrêté le 26 octobre…

Jérôme Gicquel

— 

L'intérieur de la piscine Saint-Georges à Rennes.

L'intérieur de la piscine Saint-Georges à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Parmi les plus beaux bassins encore en activité en France, la piscine Saint-Georges est désormais classée monument historique. Un arrêté en ce sens a été signé le 26 octobre dernier par le ministère de la Culture, qui reconnaît ainsi « l’intérêt historique et artistique de ce site remarquable ».

« C’est un symbole de l’architecture monumentale et hygiéniste de la première moitié du XXe siècle », ajoute le ministère, pour justifier son choix. Construite de 1923 à 1926 et imaginée par l’architecte Emmanuel Le Ray, la piscine Saint-Georges et ses mosaïques signées Odorico font partie des joyaux de la capitale bretonne.

La piscine transformée en dancefloor pour les Bars en Trans

Seulement inscrite en 2014 à l’inventaire régional des monuments historiques, le lieu ne bénéficiait jusqu’à présent d’aucune protection au niveau national. « Le classement national, c’est avant tout une reconnaissance de l’intérêt du bâtiment. Cela place la piscine dans le panorama national des monuments historiques », expliquait début janvier Henry Masson, conservateur à la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) à l’origine de ce classement.

>> A lire aussi : La piscine Saint-Georges ne sera pas remplie de bière

La distinction en poche, la ville n’entend pas pour autant modifier l’usage quotidien de la piscine. « Le patrimoine doit rester vivant. Ce classement ne va rien changer pour les Rennais qui pourront continuer à la fréquenter », assurait il y a peu Ana Sohier, élue en charge du patrimoine à la ville. Début décembre, la piscine Saint-Georges prendra d’ailleurs des allures d’Ibiza pendant les Bars en Trans avec des DJ’s qui se succéderont aux platines pour faire danser le public qui barbotera dans une eau chauffée à 30° pour l’occasion.