Rennes: Le premier lotissement écolo de France donne des résultats spectaculaires

URBANISME A Hédé-Bazouges, un quartier entier a été pensé pour respecter l’environnement…

Camille Allain

— 

Hubert et François Cherré ont construit une bonne partie de leur maison, ici dans l'écoquartier des Courtils, à Hédé-Bazouges.

Hubert et François Cherré ont construit une bonne partie de leur maison, ici dans l'écoquartier des Courtils, à Hédé-Bazouges. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

« Les lotissements traditionnels, nous, on trouve ça moche. On dirait du copier-coller d’une ville sur l’autre. Ça ne s’intègre pas du tout avec le patrimoine existant. On ne voulait pas de ça. » Jean-Christophe Bénis est maire d’Hédé-Bazouges, petite commune située au nord de Rennes. Avec son équipe municipale, il a participé à la création de l’un des premiers lotissements écolos de France. Dix ans après sa sortie de terre, le quartier des Courtils est toujours cité en exemple pour son aménagement atypique et régulièrement visité par des collectivités souhaitant s’en inspirer.

« On ne voulait pas des rues de six mètres de large »

« On ne voulait pas faire du classique », se souvient le maire. Pour imaginer un concept nouveau, la municipalité avait confié l’aménagement de la zone à l’architecte Bernard Menguy, spécialiste de l’urbanisme. « On ne voulait pas des rues de six mètres de large avec des bagnoles garées partout sur les trottoirs », confie le maire de la commune. Une petite route en sens unique a bien été construite pour faire le tour du lotissement. Bordée d’arbres, elle sert surtout de terrain de jeu pour les enfants, qui peuvent faire du vélo sans danger. Les voitures sont dans les garages ou rassemblées dans des petits parkings aménagés pour les visiteurs.

Au total, 32 logements sont sortis de terre, dont une partie a été produite en autoconstruction. Hubert et Françoise, la soixantaine, ont construit ici leur maison à ossature bois et aux murs de paille. « Il y a un vrai confort. On se sent bien ici », témoigne le couple, qui a poussé la réflexion jusqu’à installer un système de filtrage pour réutiliser l’eau de pluie.

« Un vrai paradis »

Tous n’ont pas été aussi audacieux dans la construction. Mais tous semblent heureux, sans pour autant incarner l’image de hippies végétariens vivant à la bougie. « C’est une petite oasis ici, un vrai paradis. Dans mes précédents logements, je n’avais jamais rencontré mes voisins », raconte Marc. Ici, l’entrepreneur connaît tout le monde. « Les amis qui viennent nous rendre visite sont toujours surpris. Ils apprécient de voir les étoiles ».

L'énergie solaire et la récupération d'eau sont obligatoires dans l'écoquartier des Courtils, à Hédé-Bazouges.
L'énergie solaire et la récupération d'eau sont obligatoires dans l'écoquartier des Courtils, à Hédé-Bazouges. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Après dix ans d’existence et l’obtention du label d’écoquartier, qui compte au total 39 projets en France, la municipalité a souhaité faire le bilan de son lotissement. Le résultat est bluffant. Dans le quartier, les habitants ont réalisé en moyenne 60 % d’économies sur le chauffage par rapport à la moyenne régionale.

Dans la rue, l’éclairage est 90 % moins coûteux que dans un lotissement traditionnel. Et les déchets jetés à la poubelle ne dépassent pas 35 kilos par an et par habitant, contre 161 pour la moyenne bretonne et 240 pour la France. « Ce quartier interroge par sa simplicité. On n’a rien fait de révolutionnaire ici. On a juste décidé d’opter pour un aménagement pensé et réfléchi », conclut le maire Jean-Christophe Bénis. Le lotissement a même été agrandi.

L'écoquartier des Courtils, à Hédé-Bazouges, a été construit en 2006.
L'écoquartier des Courtils, à Hédé-Bazouges, a été construit en 2006. - C. Allain / APEI / 20 Minutes