Bretagne: L’île de Sein perd ses trois dernières sœurs

RELIGION Agées de plus de 80 ans, les religieuses à la retraite vont regagner le continent mardi…

J.G. avec AFP

— 

L'île de Sein compte 200 habitants à l'année.

L'île de Sein compte 200 habitants à l'année. — Fred Tanneau AFP

C’est la fin d’une époque sur l’île de Sein dans le Finistère. Mardi, les trois dernières religieuses présentes quitteront définitivement l’île pour regagner le continent. Leur congrégation, les Filles du Saint-Esprit, dont le siège est à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor), était présente depuis plus de 150 ans sur l’île.

« C’est triste, elles sont extraordinaires, très discrètes mais très actives aussi, notamment auprès des personnes âgées », a souligné Ambroise Menou, premier adjoint à la mairie de Sein et ancien médecin de l’île, où vivent 200 personnes à l’année.

Les sœurs dispensaient les cours dans l’école privée

La plus ancienne des religieuses sur le départ, Sœur Yvette, était arrivée sur l’île en 2002, pour remplacer quatre autres sœurs. « Les premières religieuses sont arrivées il y a 154 ans, lorsqu’il y avait encore deux écoles à Sein, une privée et une publique », a précisé Ambroise Menou.

Selon lui, c’étaient les sœurs qui dispensaient les cours dans l’école privée, qui a accueilli jusqu’à 150 élèves. Une cérémonie d’adieu aux trois religieuses s’est tenue sur l’île dimanche avant leur départ définitif qui aura lieu mardi.

Mots-clés :