Il y a ces maillots qui gagnent, comme en 98 ou en 2000. Il y a ces maillots qui gagnent presque, comme celui de dimanche, quand Gignac a tapé le poteau à la dernière seconde. Et il y a ces maillots que l’on a à peine eu le temps de voir comme ceux de l’Euro 2008 ou de la piteuse Coupe du monde 2010. Tous ces équipements, le collectionneur Pierre Henry-Dufeil a décidé de les montrer au public, à l’occasion d’une grande exposition organisée à Saint-Lunaire (Ille-et-Vilaine).

« Je me suis senti sublimé »

Depuis plus de 10 ans, ce journaliste sportif collectionne les tenues « portées » par les joueurs. « J’ai commencé à 13 ans avec le maillot de Saveljic, un défenseur serbe qui jouait à Guingamp. Quand je l’ai porté la première fois, je me suis senti sublimé, j’avais l’impression de jouer comme un dieu. Récupérer le maillot d’un joueur, ça fait rêver tous les gosses », explique Pierre Henry-Dufeil.

Thierry Henry avec son numéro 12 fête la victoire de la France en finale de la Coupe du monde 98 face au Brésil.
Thierry Henry avec son numéro 12 fête la victoire de la France en finale de la Coupe du monde 98 face au Brésil. - PATRICK HERTZOG / AFP

Depuis, le supporter d’En Avant s’est pris de passion pour les tuniques des équipes nationales, et notamment de l’Equipe de France. A Saint-Lunaire, il racontera l’histoire des Bleus depuis 1998 à travers ses plus belles pièces. Le maillot de Thierry Henry porté lors de la finale de 2006, celui de Djorkaeff lors de la finale de l’Euro 2000 ou celui de Giroud enfilé en match d’ouverture de l’Euro contre la Roumanie il y a quelques semaines seront ainsi exposés. « Ils portent en eux une histoire, un souvenir. Pour les passionnés de foot, c’est inestimable », raconte Pierre-Henri.

Youri Djorkaeff ici lors de la finale de l'Euro 2000 face à l'Italie.
Youri Djorkaeff ici lors de la finale de l'Euro 2000 face à l'Italie. - PATRICK HERTZOG / AFP

Pour obtenir ses précieuses tenues, le collectionneur fait appel à son réseau, mais surtout à son portefeuille. Très sollicités par leurs proches, les joueurs ne donnent plus beaucoup leurs mailllots et c’est sur Internet que se font les transactions. « Il faut compter entre 250 et 1.000 euros pour les plus demandés. Mais surtout il faut faire attention aux arnaques, car il y a pas mal de faux », détaille le journaliste sportif. La trentaine de maillots des Bleus et de leurs adversaires exposés sont, eux, garantis « portés ».