Dimanche, Rennes accueille son premier food market

GASTRONOMIE Le brunch de dimanche sera cuisiné par des chefs aux halles centrales…

Camille Allain

— 

Illustration d'un food market, ici à Londres.

Illustration d'un food market, ici à Londres. — Davide D'Amico / Flickr.com

Dimanche matin. Au lendemain d’une grosse fiesta pour fêter l’été, vous vous réveillez la tête farcie mais l’estomac vide. En ce premier week-end de juillet, il vous faut un solide brunch, histoire de remettre le facteur sur son vélo. D’ordinaire limitée, l’offre sera riche ce dimanche matin, avec la tenue du Marché à manger, premier food market rennais, au cœur des halles centrales.

Inspiré des capitales européennes comme Londres, Berlin ou plus récemment Paris, le concept consiste à proposer aux clients des marchés de pouvoir manger sur place. « C’est assez courant outre-Manche. Nous à part quelques camions de galettes-saucisses, nous n’avons pas grande offre. Pourtant, Rennes est une vraie ville de marchés », explique Olivier Marie.

Les halles centrales de Rennes sont souvent fréquentées par des seniors et des familles du quartier.
Les halles centrales de Rennes sont souvent fréquentées par des seniors et des familles du quartier. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Pour cette première, le journaliste culinaire, associé à la blogueuse Kahina Drider et à Franck Maciag, du festival Mythos, a choisi d’investir le cœur des halles centrales, où se tient un marché quotidien. « On a vu qu’il y avait une vraie volonté politique d’animer les dimanches. Ça n’a pas été compliqué d’imposer notre idée », glisse le journaliste.

>> A lire aussi: Les halles centrales, futur temple de la gastronomie rennaise

Dimanche, une quinzaine de restaurateurs sera présente pour proposer des sucreries, des jus de fruits mais aussi des menus complets. « Il y aura un burger au homard et à l’encre de seiche, un fish and chips, des desserts à l’azote, de la cuisine turque, des plats végétaliens, un bar à pain perdu… Chacun sera libre de venir manger ou simplement grignoter ».

Un chef étoilé invité

Les prix oscilleront entre trois et huit euros. Pas excessif quand on sait que le chef étoilé de l’Auberge du Pont d’Acigné Sylvain Guillemot sera aux fourneaux. « On n’a eu aucune difficulté à les recruter. On a déjà une liste longue comme ça pour les prochains rendez-vous ». Les Ateliers du Bistrot, association qui organise ce premier Marché à manger, espère renouveler l’événement quatre fois par an, au rythme des quatre saisons.

Mots-clés :