Stade Rennais: «Je me retrouve dans ce que propose Christian Gourcuff», affirme Adrien Hunou

INTERVIEW Le milieu de terrain, prêté ces deux dernières saisons à Clermont, fait un appel du pied au nouvel entraîneur des Rouge et Noir...

Propos recueillis par Jeremy Goujon

— 

Le Rennais Adrien Hunou (en blanc), ici lors du match de préparation contre Mönchengladbach, le 18 juillet 2015.

Le Rennais Adrien Hunou (en blanc), ici lors du match de préparation contre Mönchengladbach, le 18 juillet 2015. — C. Stache / AFP

Hormis Cédric Hountondji (Auxerre) et, à un degré moindre, Sanjin Prcić (excellent durant quatre mois avec Pérouse, en Serie B italienne), Adrien Hunou est le seul élément prêté par le Stade Rennais à avoir su tirer son épingle du jeu en 2015-2016.

Avec Clermont (Ligue 2), où il a été élu joueur de l’année, le milieu axial (22 ans), joint ce jeudi par 20 Minutes, a ainsi compilé sept buts et six passes décisives en 35 apparitions, toutes compétitions confondues.

On peut affirmer sans crainte que c’est la meilleure saison de votre jeune carrière…

C’est vrai, c’est la plus belle. Elle a été aboutie, j’ai vraiment enchaîné les matchs. Je voulais faire une saison pleine pour revenir plus fort et retrouver la Ligue 1 [Hunou avait participé à 16 rencontres de L1 en 2013-2014, avant d’être prêté à Clermont, déjà, en décembre 2014]. Pour l’instant, tout se profile pour.

Vous vous sentez mûr désormais pour la L1 ?

Exactement, je sens que j’ai franchi un cap par rapport aux saisons précédentes, où je découvrais le monde professionnel. Je me suis aguerri avec ces matchs de L2, et je remercie encore la coach Corinne Diacre de m’avoir fait confiance. Je suis très content de ma saison, et j’espère continuer sur cette lancée.

Dans quels domaines avez-vous progressé ?

Je pense avoir réalisé des matchs pleins, en faisant pas mal d’efforts pour l’équipe. Défensivement, je suis monté un ton au-dessus. Avant, j’étais trop gentil, vu le gabarit que j’avais [selon les données de la LFP, l’intéressé mesure 1,76 m pour 61 kg]. Aujourd’hui, j’arrive à compenser. Ce qui m’a aussi fait énormément de bien, c’est d’avoir été décisif à plusieurs reprises.

Vous avez « musclé votre jeu », pour reprendre la célèbre expression ?

C’est ce qui me manquait pour avoir le niveau Ligue 1. Je ne l’avais pas forcément quand j’ai été lancé [en août 2013]. Le fait de revenir en Ligue 2 m’a permis, oui, de muscler mon jeu. Maintenant, je me sens prêt pour l’échelon supérieur.

Il vous reste un an de contrat au Stade Rennais. À ce sujet, vous avez récemment déclaré : « Soit je prolonge, soit je pars »…

J’ai vraiment envie de faire partie d’un projet. Je ne veux pas signer à Rennes si c’est pour être prêté derrière, d’où mes propos. Je me retrouve dans ce que propose Christian Gourcuff, qui prône un beau football. Son projet m’intéresse forcément, et j’échangerai avec lui pour savoir ce qu’il compte faire de moi.

Vous n’avez donc pas encore parlé avec le nouvel entraîneur ?

Non, mais j’aimerais bien avoir une discussion avec lui. Après, ce n’est pas évident d’arriver dans un groupe où il y a tellement de joueurs. Chacun aimerait aussi converser avec le coach. Quand on est joueur et qu’on voit autant de concurrents, on ne peut pas travailler sereinement. J’espère que l’effectif va être dégraissé, afin de rendre la situation plus claire.

Dans votre esprit, c’est la Ligue 1 sinon rien, ou vous n’excluez pas un départ à l’étranger ?

Pour l’instant, je veux franchir étape par étape. Je suis donc plus intéressé par la L1, dont certains clubs m’ont sollicité.

Par rapport à ces sollicitations, vous privilégieriez quand même Rennes ?

Oui, ça reste mon club formateur, et j’ai toujours voulu y réussir. J’ai quelques racines ici, je m’y sens bien, mais je ne vais pas non plus me cacher derrière ça. Je souhaite qu’il y ait un projet concret pour moi. Je ne veux pas perdre de temps, parce que je suis jeune et j’ai envie de progresser, d’enchaîner les matchs en Ligue 1. Si Rennes me le permet, tant mieux. Dans le cas contraire, on étudiera lesdites sollicitations.