Loi Travail: Cazeneuve annonce 1.300 interpellations depuis le début des manifestations

MANIFESTATION Le ministre de l’Intérieur était à Rennes ce dimanche…

C.A.

— 

Bernard Cazeneuve, ici à Rennes le 15 mai 2016.

Bernard Cazeneuve, ici à Rennes le 15 mai 2016. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Après plusieurs journées tendues à Rennes, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’est rendu ce dimanche dans la capitale bretonne afin de saluer les forces de l’ordre et de leur exprimer sa « gratitude » et sa « reconnaissance pour le travail accompli ». « Ces gens sont là pour casser. C’est intolérable et ce ne sera pas toléré », a-t-il poursuivi devant le commissariat central.

Le ministre a également fait savoir que 1.300 personnes avaient été interpellées depuis le début des manifestations contre la loi Travail, dont 819 avaient donné lieu à des gardes à vue. « 51 personnes ont été condamnées en comparution immédiate, souvent à de lourdes peines », a poursuivi le ministre.

Face aux policiers et gendarmes, Bernard Cazeneuve a également rappelé le devoir d’exemplarité des forces de l’ordre lors des manifestations. « L’usage modéré de la force doit permettre de mettre les casseurs hors d’état de nuire mais préserver l’intégrité physique de chaque individu. Les manquements de quelques-uns ne doivent pas porter préjudice à la profession. Sur ces manquements, je serai intraitable ».

Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs assuré que « toute la vérité sera faite » sur la grave blessure d’un étudiant de 20 ans, qui a perdu son œil en marge d’un rassemblement contre la loi Travail à Rennes. Une blessure probablement causée par un tir de LBD, petit frère du Flash-Ball.

Rennes est le théâtre de violences en marge des manifestations depuis le début du conflit. Vendredi soir, un rassemblement nocturne sauvage a causé de gros dégâts dans le centre historique. La manifestation « contre les violences policières » du lendemain a, elle, été maîtrisée grâce à un impressionnant dispositif de sécurité.