Ligue 1: L'Olympique Lyonnais gâche le 90e anniversaire du FC Lorient et remonte sur le podium

FOOTBALL Les hommes de Bruno Génésio l'ont emporté au Moustoir sur le score de 1-3...

Jeremy Goujon

— 

Le Lyonnais Alexandre Lacazette a signé un doublé contre le FC Lorient.

Le Lyonnais Alexandre Lacazette a signé un doublé contre le FC Lorient. — L. Venance / AFP

L’Olympique Lyonnais n’a pas manqué l’occasion de remonter sur le podium de la Ligue 1, ce dimanche, en allant s’imposer à Lorient (1-3). Doublé la veille par le Stade Rennais, l’OL n’a, cette fois, pas laissé échapper la victoire en Bretagne, trois semaines après son nul ô combien frustrant au Roazhon Park (2-2).

L'entrée décisive de Valbuena

Très peu performante à l’extérieur cette saison (seulement 9e équipe du championnat dans ce domaine), la formation de Bruno Génésio a dû son salut à Mathieu Valbuena. Sifflé par le public du Moustoir, pour un lointain contentieux avec l’ancien gardien Fabien Audard, « Petit Vélo » s’est ainsi distingué en décalant Rachid Ghezzal sur le deuxième but visiteur, seulement six minutes après son entrée en jeu (81e).

Auparavant, les Rhodaniens étaient revenus au score, par l’intermédiaire d’Alexandre Lacazette (44e). « Il faut que je marque encore », réagit à la pause l’attaquant international, au micro de Canal+. Ce fut chose faite trois minutes après la lucarne de Ghezzal, passeur décisif sur le coup (84e).

Gourcuff père absent

Côté lorientais, on aurait aimé fêter plus dignement le 90e anniversaire du FCL. C’est d’ailleurs dans la plus pure tradition morbihannaise que Majeed Waris avait débloqué la situation, à la suite d’une superbe passe de Walid Mesloub pour Maxime Barthelmé (36e). « Un but d’équipe », dixit le Ghanéen, que n’aurait sûrement pas renié le grand absent de la soirée.

Parti fâché du FC Lorient en 2014, le désormais ex-sélectionneur de l’Algérie, Christian Gourcuff, n’a effectivement pas participé aux festivités. Une absence de marque, quand on sait l’empreinte laissée par le coach breton chez les Tango.

Lyon, lui, n’en a cure. Vainqueur pour la première fois en 2015-2016 après avoir été mené, le club de Jean-Michel Aulas peut plus que jamais espérer dépasser Monaco à la deuxième place du classement...