Illustration d'un hôpital, ici près de Rennes.
Illustration d'un hôpital, ici près de Rennes. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Le tribunal administratif de Rennes se penchera ce jeudi sur une curieuse affaire. Une famille a saisi la juridiction afin de demander réparation auprès de l’hôpital de Pontivy, qui avait traîné à annoncer la mort d’un homme en 2011, rapporte France Bleu Breizh Izel. 

36 heures avant d’appeler

Les faits remontent au mois de mai 2011. Un septuagénaire pris en charge au sein de l’hôpital pour une baisse de tension décède dans la soirée, aux environs de 21h. Le corps de l’homme est alors conduit à la chambre mortuaire, comme le veut le protocole. Mais à ce moment, personne ne pense à prévenir la famille du défunt. Il faudra attendre le mercredi matin, soit 36 heures, pour qu’un agent hospitalier contacte la belle-fille du septuagénaire, chez qui il vivait, rapporte la radio.

« Tous n’ont pas pu venir aux funérailles »

L’hôpital avait reconnu sa faute et s’en est excusée. Mais la femme n’aura qu’une journée pour préparer les obsèques. « On a prévenu les membres de la famille, mais tous n’ont pas pu venir aux funérailles », a-t-elle confié à la radio. C’est pour ce préjudice que la famille demande des indemnités.

Mots-clés :