La pollution détectée s'étend sur près de 42 kilomètres.
La pollution détectée s'étend sur près de 42 kilomètres. - Préfecture maritime de l'Atlantique

Lundi, le Thisseas, vraquier de 225m de long appartenant à l’armateur grec Laskaridis Shipping, a pu quitter le port de Brest dans la journée. Intercepté mercredi dernier après la découverte d'une nappe d'hydrocarbure de 42 km dans son sillage, le bateau a repris la mer lundi, après avoir payé la caution de 500.000 euros.

Ils ne reconnaissent pas les faits

« La caution a été payée ce jour », a précisé Éric Mathais. Le procureur de la République de Brest a également précisé que le capitaine et le chef mécanicien du navire n’avaient « globalement pas reconnu les faits » lors de leur audition. Le capitaine du Thisseas, de nationalité ukrainienne, devra se présenter devant le tribunal correctionnel de Brest le 3 novembre « pour pollution volontaire en Zone économique exclusive ».

Mercredi dernier, un Falcon 50 de la Marine nationale avait filmé une pollution de 42 km de long sur 50 mètres de large, soit « plusieurs dizaines de tonnes d’hydrocarbures déversées à la mer », selon le préfet maritime de l’Atlantique, le vice-amiral Emmanuel De Oliveira. Cette pollution ne devrait pas atteindre la côte.

Le navire, en provenance de Saint-Pétersbourg et en direction de la Chine, encourt jusqu’à 15 millions d’euros d’amende.

Le nombre de dégazages volontaires en mer, pratique qui consiste à vidanger les eaux sales d’un navire, sont en nette diminution dans les eaux françaises depuis le début des années 2000 grâce à la mise en place d’un dispositif de surveillance accru et au renforcement de l’arsenal judiciaire.

Mots-clés :