Rolland Courbis, ici lors d'une séance d'entraînement du Stade Rennais.
Rolland Courbis, ici lors d'une séance d'entraînement du Stade Rennais. - M. Pattier / Sipa

Malgré le succès acquis à Toulouse (1-2), Rolland Courbis ne s’enflamme pas. L’entraîneur du Stade Rennais attend davantage de maîtrise de la part de sa formation, dans les semaines à venir. Et confie à 20 Minutes ses doutes sur l’état de forme du supposé « trio magique » rouge et noir…

Outre la victoire, êtes-vous satisfait du jeu produit par votre équipe samedi soir ?

C’était mieux qu’à Caen, mais bon, il n’était pas non plus très difficile de faire un meilleur match que la semaine dernière. Par contre, on peut et on doit encore mieux faire. Il est difficile de comparer ces deux adversaires, mais que ce soit sur le papier ou sur le terrain, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de différences entre Caen et Toulouse, même si leur classement respectif ne l’indique pas.

Dans quels domaines le Stade Rennais doit-il progresser ?

Dans tous les secteurs, que ce soit la transmission, la finition, la construction… On est quand même mieux dans les distances de marquage et la solidité collective. On est beaucoup moins bas, on a les lignes moins écartées, donc il faut continuer comme ça. On a été assez dangereux en première mi-temps, et cela constitue une amélioration par rapport aux derniers matchs. Mais on doit l’être encore plus, et pas seulement être dangereux : de temps en temps, il faut aussi savoir être efficaces, au moins une fois ou deux.

Rennes a encore frappé dans les dernières minutes. Doit-on mettre en avant ses ressources mentales, ou insister sur son manque de maîtrise ?

Les deux. On doit pouvoir marquer avant, quitte à prendre un but. Mais le fait est qu’on y croit jusqu’au bout, et qu’on est récompensés. D’autres équipes auraient très bien pu sombrer après avoir encaissé ce but [du Toulousain Ben Yedder] à la 78e minute. On n’a pas commencé à faire n’importe quoi. Dans le cas contraire, on aurait peut-être pris un deuxième but. Et comme je sais me contenter de peu, je note qu’on n’a pris aucun carton. Ça aussi, c’est une amélioration.

Vous avez hésité à sortir Ousmane Dembélé. À l’arrivée, il finit avec un but et une passe décisive. Ce joueur continue d’épater les observateurs…

Il m’épate moi aussi ! Maintenant, je suis son coach, et mon travail consiste à le « gérer », surtout quand on est aussi jeune que lui. Son avenir est très intéressant, tant à titre personnel que pour le Stade Rennais. J’observe ses qualités, mais également ses défauts. J’essaye de rectifier pas mal de choses. Le dribble est une arme redoutable quand vous le maîtrisez, mais il ne faut pas oublier qu’une bonne passe peut aussi éliminer trois adversaires. Et plus rapidement qu’un dribble…

Dans son rôle de « super-sub », Kamil Grosicki est tout aussi remarquable, non ?

Je ne suis pas surpris, car j’ai connu ça à Montpellier avec Souleymane Camara, qui doit être le recordman en activité [en ce qui concerne le nombre de buts inscrits en sortie de banc]. À la veille d’attaquer ma 6e semaine à la tête de l’équipe, je ne perds pas espoir de faire de Grosicki un bon titulaire. Je l’avais aligné d’entrée à Lille, et il m’avait malheureusement confirmé son « anomalie »…

Doit-on s’inquiéter de la piètre performance de Paul-Georges Ntep, qui semblait pourtant monter en régime ?

On va se réunir avec le staff médical et réfléchir au problème. Paul-Georges fait beaucoup d’efforts, mais aux entraînements, je ne le vois pas progresser. Il va donc falloir mettre en place une autre formule. C’est un joueur important du SRFC, mais pour l’instant, il figure dans une liste d’interrogations assez fournie, avec notamment Gourcuff et Quintero

Juan Fernando Quintero qui a mis un joli coup franc en sélection, ce week-end…

C’est bien… Je sais aussi qu’il est sorti sur blessure. J’espère qu’il ne s’est pas blessé en tirant ce fameux coup franc.

Vous qui avez connu de nombreux derbys, comment voyez-vous votre premier Rennes-Nantes, dimanche prochain ?

C’est avec un grand plaisir que je vais y participer. Je suis persuadé qu’on va assister à un très bon match. Le fait marquant, c’est que ce sera une affiche de haut de tableau. On a la certitude que le vainqueur sera très bien classé à l’issue de la rencontre.

Mots-clés :