Le phare de Tévennec un jour de temps calme au large du Finistère.
Le phare de Tévennec un jour de temps calme au large du Finistère. - Pharesetbalises.org

Voilà plusieurs mois que Marc Pointud attend ce moment. Samedi, le président de la Société nationale pour le patrimoine des phares et balises a posé le pied sur un bout de caillou situé au large du Finistère où il séjournera soixante jours, entièrement coupé du monde.

Abandonné depuis 105 ans, le phare de Tévennec sera sa nouvelle maison. Si le jardin n’est pas grand, la vue est inégalable. Situé au large de la pointe du Raz, là où la Bretagne subit ses plus fortes tempêtes, le phare ne s'est pas laissé approcher facilement. Il aura fallu l’aide d’un hélicoptère pour amener l’homme et son matériel. « L’attente, c’est inscrit dans l’histoire des phares. La mer ne se laisse pas dompter », sourit Marc Pointud.

Un phare réputé maudit

Prévu depuis de longs mois, son séjour vise à faire la lumière sur ce phare, abandonné par les pouvoirs publics, et dont la restauration a été confiée à sa Société nationale pour le patrimoine des phares et balises. « Tout le monde s’accorde à dire que les phares font partie du patrimoine français mais les pouvoirs publics ne nous aident pas », regrette le passionné.

Samedi, Marc Pointud a pu débarquer tout son matériel et notamment sa nourriture. Des fruits, des légumes, mais surtout beaucoup de conserves et de plats sous vide qui seront cuisinés dans la petite maison. Son ordinateur aussi, qu’il utilisera pour alimenter un blog et livrer ses impressions. 

Réputé maudit, le phare a rendu fou plusieurs gardiens et personne n’a osé y passer la nuit depuis plus de 100 ans. « Il faudra tenir le choc. Je m’attends à des moments de solitude, de doute. Il y aura sans doute de la peur aussi si la tempête pousse les vagues au-dessus de la maison », avoue Marc Pointud. Pour l’heure, la météo est plutôt clémente. Il reste encore 59 jours à tenir.

Mots-clés :