Rolland Courbis lors de sa première conférence de presse rennaise, le 21 janvier 2016.
Rolland Courbis lors de sa première conférence de presse rennaise, le 21 janvier 2016. - L. Venance / AFP

Père de Stéphane Courbis, l’agent de Serge Aurier, Rolland Courbis a « suivi comme tout le monde les déclarations des uns et des autres » depuis l’éclatement de « l’affaire », dimanche. « Je n’en sais pas plus que ça », précise l’entraîneur du Stade Rennais.

Le coach pointe alors du doigt la dangerosité des réseaux sociaux, symboles de l’évolution de la société. « Nous vivons une époque compliquée. C’est une situation où on peut penser qu’on rigole, qu’on déconne, qu’on se moque, mais il faut faire gaffe, parce que ce n’est pas interprété comme ça. Aurier a fait une connerie, mais la principale connerie, c’est de ne pas avoir réalisé qu’il était en train d’en faire une en disant des conneries (sic). »

« Moi qui suis taquin, moqueur et chambreur... »

Quand on lui demande comment il réagirait si un joueur rouge et noir avait la lumineuse idée (entre autres) de l’insulter à la vue de tous, Courbis « étudierait la situation avec [son] président. Je lui donnerais mon avis, et c’est lui qui prendrait la décision. »

Et à entendre le technicien marseillais, le risque serait réel. « Moi qui suis taquin, moqueur et chambreur, il faut que je fasse gaffe, car ça pourrait très bien m’arriver aussi, et pas seulement avec les joueurs. Par exemple, ça a pu m’arriver de traiter un journaliste de "connard", alors qu’il ne le méritait peut-être pas. »

Reste à savoir qui, dans le vestiaire rennais, pourrait reprendre le rôle de Serge Aurier…

Mots-clés :