Trans Musicales: On a rencontré les DJs qui vont achever votre soirée

MUSIQUE Les horaires de passage sont parfois très tardifs au Parc Expo…

Camille Allain

— 

Le DJ Madeon ici en 2012 aux Trans Musicales de Rennes.

Le DJ Madeon ici en 2012 aux Trans Musicales de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Alors que la plupart des festivals d’été lancent leurs concerts assez tôt dans l’après-midi, les Trans Musicales et leur esprit hivernal n’ouvrent le Parc Expo qu’à 21h30, permettant au public de profiter des concerts du centre-ville ou de boire l’apéro. Conséquence, les halls fermeront comme chaque année leurs portes très tard, obligeant certains groupes à rester éveillés jusqu’à 5h du matin pour entamer « leur journée de travail ». Nous les avons interrogés.

The Mekanism. Vendredi, 5h hall 8 du Parc Expo

Damien, alias The Mekanism, est un DJ parisien de 30 ans. Il a commencé à mixer dans sa cave il y a 15 ans après une rencontre avec le DJ Cut Killer. En plus du hip-hop, il sera bercé au son de la French Touch des Daft Punk, de Stardust puis de Bob Sinclar. Il a sorti un premier EP il y a trois ans et jouera pour la première fois aux Trans.

Damien, alias The Mekanism, jouera vendredi aux Trans Musicales. - DR

 

Ce qu’il va faire avant : Je ne dors jamais avant. Je ne suis pas du genre à arriver 30 minutes avant et à me barrer juste après. J’aime bien être là plusieurs heures avant, pour boire des verres de vodka et me mettre dans l’ambiance. Vendredi, j’ai des amis qui seront là donc je vais profiter du festival avec eux, d’autant que je n’ai jamais été aux Trans Musicales.

Comment il gère sa vie de famille : J’ai eu une copine pendant huit ans. Je pensais même me fiancer. Mais elle est partie il y a six mois à cause de mon rythme de vie et je la comprends. Il y a en plus cette image du monde de la nuit, des filles, de la santé, de l’hygiène de vie. Après je ne regrette rien. Mixer c’est toute ma vie et je ne sais faire que ça.

Pourquoi il aime jouer tard : Quand tu arrives sur scène, les gens sont super chauds, ils te portent. C’est pour ça que j’aime me mettre dans l’ambiance avant, car l’adrénaline t’aide à tenir. Après il faut faire attention à ne pas trop picoler. Je pense que ça nous est tous arrivés de venir fracasser sur scène et c’est rarement une bonne idée.

Pourquoi c’est dur quand même : J’ai le souvenir d’avoir mixé en after à Londres à 10h du matin. Là, c’était dur, surtout que j’ai repris l’Eurostar juste après. Samedi, mon avion est à 14h donc je risque de ne pas dormir beaucoup. J’enchaîne après car je joue à Londres le soir. Je suis encore jeune donc je tiens le coup. Mais c’est aussi parce que j’enchaîne rarement quatre dates d’affilée. Ce que j’aime moins, c’est la solitude dans tous les transports.

Molecule. Samedi 4h45 hall 9 du Parc Expo.

Agé de 35 ans, Romain, alias Molecule, sera l’un des artistes les plus attendus de cette 37e édition. En 2013, cet artiste électro avait embarqué pendant cinq semaines avec son matériel d’enregistrement à bord du chalutier de pêche Joseph Roty au départ de Saint-Malo. Deux ans et demi plus tard, il jouera ses morceaux captés en mer en live, accompagné d’un immense écran vidéo.

Romain, alias Molecule, jouera samedi soir aux Trans Musicales. - Alexandre Gosselet

 

Ce qu’il va faire avant : Souvent je m’isole avant les concerts. Je me mets au calme à l’hôtel et je fais parfois une sieste. Je ne suis pas là pour discuter avec plein de gens, je suis déjà dans mon live. Samedi, j’irai sur le site deux heures avant, histoire de prendre la température, de boire une ou deux bières et de repérer les lieux. Je me mets toujours des limites. La drogue et l’alcool avant de jouer, c’est un leurre car souvent ça joue sur la qualité de ta prestation quand tu es en live.

Comment il gère sa vie de famille : Ce n’est pas forcément évident avec ma femme et les enfants mais on fait avec. Quand on est papa, on se couche tôt, alors que dans le milieu électro, c’est l’inverse. Ce sont des rythmes différents. Les enfants, ça me permet de garder les pieds sur terre, car je sais que le milieu du spectacle est éphémère.

Pourquoi il aime jouer tard : Jouer en clôture d’un festival, c’est toujours appréciable. Je me dis que si les gens sont restés, c’est qu’ils ont vraiment envie d’écouter. J’aurai de super conditions dans le grand hall avec un immense écran. Ça va être chouette.

Pourquoi c’est dur quand même : Après le concert, tu peux te poser, en profiter. Quand je joue tard comme ça, je préfère que ce soit ailleurs qu’à Paris. Comme ça je peux faire la grasse mat’à l’hôtel. Si je rentre chez moi, c’est parfois dur dur de se remettre et de gérer les enfants.