Bretagne: Le marin Guirec et sa poule Monique sont au Groenland !

AVENTURE Le Breton voyage avec son animal sur son bateau...

Camille Allain

— 

Guirec et sa poule Monique posent devant les premiers icebergs.

Guirec et sa poule Monique posent devant les premiers icebergs. — DR Guirec Soudée

Et voilà, ils y sont. Partis en juin des Antilles à bord de leur voilier Yvinec, Guirec l’aventurier et sa poule Monique sont arrivés au Groenland. Avec son fidèle animal de compagnie, le jeune Breton originaire de Plougrescant (Côtes d’Armor) a prévu de se laisser emprisonner par les glaces pendant huit mois. Pour un projet scientifique ? Même pas ! Le garçon veut simplement réaliser son rêve de gosse et voir des ours polaires de très près, comme il nous l’expliquait avant son départ.

Il achète une carabine et du pain

A bord de leur voilier d’acier, Guirec et sa poule ont déjà parcouru des milliers de kilomètres pour rejoindre le Grand Nord. « Nous avons souvent l’impression d’être sur une autre planète. Les paysages sont lunaires, nous sommes toujours entourés de montagnes majestueuses mais complètement arides, et il n’y a jamais aucun être humain à l’horizon ni aucun arbre », raconte le jeune homme sur sa page Facebook.

Pourquoi Guirec voyage avec sa poule Monique

D’ici quelques semaines, le couple jettera l’ancre pour se laisser prendre par les glaces et vivre en complète autonomie. Avant cela, Guirec et sa poule se sont ravitaillés dans les derniers villages comme Qaqortoq. « Nous avons fait notre première expérience du coût élevé de la vie ici. Pour un accès à Internet, il faut par exemple compter entre 8 et 12 euros par heure. Mais je suis ressorti de l’épicerie avec une baguette de pain sous le bras et une carabine à la main… achetée une bouchée de pain », poursuit Guirec.

Les aventuriers relatent aussi une expérience plus troublante dans la ville fantôme d'Ivittut, pourtant répertoriée sur la carte. «Toutes les portes et fenêtres des maisons étaient condamnées et il y avait dans les rues des carcasses d’animaux et des ossements de baleine partout», explique Guirec. Le bateau Yvinec, nom de l’île bretonne où Guirec a grandi, fait aujourd’hui cap vers le nord. Le Grand Nord.