Rennes: La coopérative jeunesse fait travailler les jeunes des quartiers

EMPLOI Le dispositif permet aux adolescents de créer leur entreprise l’été…

Camille Allain

— 

Les années précédentes, les jeunes de Maurepas avaient notamment classé des documents.

Les années précédentes, les jeunes de Maurepas avaient notamment classé des documents. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Importé du Québec où il est très populaire, le phénomène des coopératives jeunesse serait-il en train de s’imposer en France ? Pas impossible. Alors qu’elles n’étaient que trois en 2013, ces petites entreprises éphémères seront 23 cet été dans l’Hexagone.

Expérimenté il y a deux ans dans le quartier de Maurepas, le dispositif permet à des jeunes de créer leur propre entreprise afin de mener des petits travaux chez les particuliers, les entreprises ou les collectivités. Il sera cet été proposé au Blosne et à Villejean. « Ce n’est pas juste un job d’été. Ils doivent choisir leurs tarifs, réaliser le devis, prospecter les clients, fixer leurs horaires, se répartir les tâches… Ils gèrent tout », explique Laora, animatrice de la coopérative à Maurepas.

Laver les vitres et tondre la pelouse

Tonte des pelouses, taille des haies, mise en rayon dans les supermarchés, tri des documents, lavage des vitres… Les tâches sont variées pour les jeunes. « On a découvert le monde professionnel tous ensemble. Mais avant, on a dû trouver des idées », raconte Donice, 17 ans, qui a participé à la coopérative l’an dernier. En moins de deux mois, le jeune homme avait gagné 300 euros. « Quand une décision est prise, c’est une voix, un vote. C'est à eux de décider comment ils sont rémunérés », poursuit Laora, l’animatrice.

6.000 euros de chiffre d’affaires

Les coopératives jeunesse feront travailler cet été une quinzaine d’adolescents de 16 à 18 ans dans chacun des trois quartiers. Chaque groupe générera un chiffre d’affaires de 5 à 6.000 euros au cours des deux mois. Un petit pécule mais une occasion unique de mettre un pied dans le monde professionnel, notamment pour ceux qui ne partent pas en vacances.

Mots-clés :