Deux cents étudiants de l'université de Rennes-II ont crié leur ras-le-bol, lundi 23 septembre 2013
Deux cents étudiants de l'université de Rennes-II ont crié leur ras-le-bol, lundi 23 septembre 2013 - C. Allain / APEI / 20 Minutes

A Rennes, Camille Allain

Cela faisait longtemps que Rennes-II n’avait pas connu de mouvement de grogne. Souvent cité comme l’une des universités les plus promptes à se mettre en grève, l’établissement a vécu des rentrées plutôt tranquilles ces dernières années. Ce lundi, pourtant, le mégaphone est ressorti du bureau des étudiants.

Environ 200 élèves inscrits en L2 d’Information-Communication ont crié leur ras-le-bol. Accompagnés de leur professeur, ils ont quitté l’amphi et demandé à voir la direction. «Il y a trop d’élèves. Ce matin, on était 200 dans un amphi de 70 places. Il y avait des gens assis dans les escaliers et je ne parle même pas des problèmes d’accessibilité», dénonce Teddy, étudiant en deuxième année. Adossé au bâtiment B, un étudiant de L3 Info-Com constate, désabusé : «C’est tous les ans pareil. Cette année, c’est pire car ils ont fermé un bâtiment.»

«Une pénurie dramatique»

Dans un courrier envoyé à la direction le 5 septembre, les professeurs de la filière dénonçaient déjà «une pénurie dramatique de salles et de personnel». Ce à quoi le président Jean-Emile Gombert avait répondu «qu'aucun département n'a bénéficié d'autant de créations de postes que le département de communication ces dernières années».

Face à l’accroissement du nombre d’étudiants – les effectifs ont progressé de 25 % entre 2008 et 2012 – l’université Rennes-II semble en panne de locaux. «Ce n’est pas le seul problème. On a aussi des cours qui se chevauchent. C’est pas étonnant que certains profs annulent leur cours», poursuit Teddy. Après une rapide explication avec la direction, les étudiants d’Info-Com ont décidé d’élire 10 représentants pour présenter leurs revendications. La petite délégation devrait être reçue dans la semaine.