Les opérations menées au sein du bloc-opératoire sont assistées par ordinateur.
Les opérations menées au sein du bloc-opératoire sont assistées par ordinateur. - CHU DE RENNES / L.Després

Jérôme Gicquel

Scanner 3D en temps réel, caméra de réalité augmentée, robot chirurgical... Le CHU de Rennes vient de faire un bond dans la médecine de demain avec l'inauguration d'un bloc-opératoire dernier cri baptisé TherA-Image (pour thérapie assistée par l'image). Une plate-forme hybride qui réunira dans un même lieu « des chirurgiens, des médecins et des ingénieurs autour d'équipements technologiques de très haut niveau », indique Lotfi Senhadji, directeur du Laboratoire de traitement du signal et de l'image, qui a piloté le projet. Financé à hauteur de 5, 2 millions d'euros dans le cadre du contrat de projet Etat-Région 2007-2013, cet équipement a pu voir le jour grâce à la collaboration du CHU de Rennes, de l'université de Rennes-I et de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Dans la pratique, ce bloc-opératoire sera dédié aux pathologies cardio-vasculaires, notamment les plus complexes, avec 20 à 25 opérations prévues chaque mois.

Un patient moins stressé


Grâce à cet équipement, les équipes du CHU entendent développer les techniques de chirurgie mini-invasive. « Contrairement à la chirurgie traditionnelle, ce type d'intervention ne nécessite pas d'ouvrir le patient au niveau des lésions », explique le Dr Antoine Lucas, chirurgien vasculaire au CHU de Rennes. Tout cela « au bénéfice des patients avec une durée d'hospitalisation plus courte, une réduction du stress et une morbidité moins importante ». Des écrans placés autour de la table d'opération permettent également au praticien de mieux voir les gestes qu'il a réalisés. « On augmente ainsi la sécurité des procédures et cela offre un véritable confort de travail », poursuit le Dr Antoine Lucas. Les avancées dans la recherche médicale pourront également être partagées au plus grand nombre avec un système de transmission qui permettra notamment de diffuser en direct certaines opérations dans les amphithéâtres des facultés de médecine. ■