Camille Bedin
 Camille Bedin - REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Propos recueillis par Anne-Laëtitia Béraud au Touquet

Dans l’optique de la présidence de l’UMP, les équipes Copé et Fillon «s’envoient des noms d’oiseaux», selon Bruno Le Maire. Qu’en pensez-vous ?

C’est normal. Des débats où tout le monde s’aime et où les gens veulent le même poste en se faisant des bisous, ça n’existe pas. C’est sain, il faut juste que cela dure deux mois et qu’ensuite on passe à autre chose, que l’on parle ensuite du fond. J’attends un vrai débat entre Jean-François Copé et François Fillon à l’issue du dépôt des parrainages.

Pourquoi soutenez-vous Jean-François Copé ?

Gérer un gouvernement n’est pas la même chose que gérer un parti. François Fillon, avec ses qualités, est dans la conquête de la France en 2017. Je crois plutôt que l’on doit se concentrer sur la reconquête des territoires [pour les élections municipales ndlr] en 2014. On doit assurer aujourd’hui un renouvellement idéologique et un renouvellement des élus au sein du parti plutôt que penser à soi-même en 2017.

Le campus UMP organisé au Touquet ce week-end s’adresse aux jeunes militants du parti. Que leur dites-vous ?

On a tout perdu, les villes, les départements, les régions. On doit repartir de zéro. Et si l’UMP n’assure pas aujourd’hui le renouvellement des générations, on est mort. Le PS l’a fait quand il était dans l’opposition, à nous de le faire. Les jeunes ont un rôle à jouer maintenant pour apporter un nouveau souffle à l’UMP.