Libération de Paris: Hollande se revendique de l'héritage et des valeurs de la Résistance

81 contributions
Publié le 25 août 2012.

HISTOIRE - Il s'est exprimé sur le parvis de l'Hôtel de ville de la capitale...

Le président François Hollande qui présidait ce samedi le 68e anniversaire de la Libération de Paris sur le parvis de l'Hôtel de Ville, s'est revendiqué de l'héritage de la Résistance et de ses valeurs.

«La leçon de la Libération, c'est aussi qu'on ne peut concevoir le redressement sans la justice», a-t-il lancé devant un parterre d'anciens combattants et quelques milliers de personnes, reprenant un slogan de la campagne socialiste, et maintenant du nouvel exécutif. «Au lendemain de la guerre, l'effort fut d'autant plus librement consenti qu'il fut justement partagé», a-t-il dit.

«La leçon de la Libération, c'est le refus de toute négligence»

«La leçon de la Libération, c'est le refus de toute négligence, de toute complaisance, dans la lutte contre l'antisémitisme, contre le racisme, contre la xénophobie, contre toutes les formes de haine», a ajouté le chef de l'Etat qui a souligné aussi «l'impératif absolu» de l'enseignement de l'Histoire qui «doit être conforté».

Le chef de l'Etat a célébré les «audaces technologiques, choix industriels, mobilisation de l'épargne, esprit de réforme» qui ont toujours permis à la France de «repartir après des épreuves ou des crises». «La leçon de la Libération, c'est le devoir de ne rien céder sur la souveraineté nationale» qui se décline aujourd'hui selon lui en termes économiques, financiers et commerciaux. «La leçon de la Libération, c'est enfin la nécessité de poursuivre la construction européenne», a enchaîné François Hollande poursuivant l'anaphore.

«Face aux doutes, bâtissons une intégration solidaire»

«Face aux doutes, bâtissons une intégration solidaire, qui doit donner de la force au projet européen avec la préservation de la solidarité entre les pays qui la composent, y compris, et même surtout quand ils sont dans la difficulté», a-t-il encore exhorté dans une allusion au débat sur l'avenir et la cohésion de la zone euro. «Ici, sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris, l'Histoire commande et éclaire l'avenir», a conclu le président de la République, non sans rappeler son engagement en faveur d'«une cause plus grande que nous: la place de notre jeunesse».

Auparavant le maire de Paris, Bertrand Delanoë, avait rappelé qu'en août 1944, «les Parisiens ont livré à l'Histoire un témoignage digne de leurs plus belles révolutions», en contribuant à la libération de la capitale. «Ils ont démontré que la souveraineté d'un peuple ne peut être confisquée sans que ce peuple ne livre bataille jusqu'au bout», a-t-il ajouté.

Avec AFP
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr