Nice: Estrosi veut créer sa propre zone de sécurité pour contrer le «laxisme» du gouvernement

78 contributions
Publié le 23 août 2012.

POLITIQUE - Le député-maire juge que la délinquance a augmenté dans sa ville depuis que la gauche est au pouvoir...

Christian Estrosi l’assure: la délinquance a augmenté dans sa ville de Nice depuis que François Hollande est au pouvoir. Selon le président de la puissante fédération des Alpes-Maritimes, interrogé sur France info ce jeudi matin, «nous sommes confrontés depuis le début de l’été» à une augmentation des atteintes à la personne de «4,42% en juillet» alors qu’elles avaient baissé «de 4,89% l’année dernière». De même, les «vols avec violences» ont connu une recrudescence de «44%» en juillet après une baisse «de 10% en 2011».

«C’est le fruit de la politique irresponsable des socialistes», juge Christian Estrosi. Pis, le député-maire de Nice estime que le «laxisme» du gouvernement en matière de sécurité donne aux délinquants ce message: «allez-y, vous pouvez arracher le sac des dames âgées et leur casser le col du fémur».

Agents de sécurité privée

Christian Estrosi justifie ainsi sa décision de créer des zones prioritaires de sécurité dans cinq quartiers de Nice, qui n’est pas dans la liste des 15 premières villes concernées annoncée par Manuel Valls fin juillet.

«Je ne veux pas attendre que Nice subisse des violences telles que celles qu'Amiens vient de connaître pour réagir. J'ai donc décidé de faire du quartier "des Moulins" un laboratoire», a déclaré Christian Estrosi mercredi. Outre une équipe de quatre médiateurs d'une association présents sur le terrain de 19h à 1h, cinq jours par semaine à partir de novembre, le maire entend, dans quelques mois, finaliser un partenariat avec le bailleur social Côte d'Azur Habitat pour embaucher des agents de sécurité privée.

Ces derniers - sans doute au nombre de six à huit et probablement accompagnés de chiens - seront chargés de surveiller le quartier des Moulins toutes les nuits de 19h00 à 5h00. Ces hommes auront des armes de dissuasion de 6ème catégorie, mais en cas d'infractions ils contacteront la police nationale.

Enora Ollivier avec AFP
Mots-clés
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr