Le gouvernement veut faciliter l'accès au travail des Roms

101 contributions
Publié le 23 août 2012.

POLITIQUE - Certaines contraintes restreignant leur embauche en France vont être levées...

La ministre du Logement Cécile Duflot a annoncé mercredi en fin de journée la fin de la taxe que doit verser un employeur pour embaucher un Bulgare ou un Roumain, et l’élargissement de la liste des métiers que peuvent exercer les Roms en France.

«Pour favoriser l'insertion par l'emploi, facteur essentiel d'intégration des populations concernées, la liste des métiers ouverts aux ressortissants roumains et bulgares sera élargie et la taxe due par l'employeur à l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) supprimée pour ceux-ci», dit un communiqué. Après discussion avec les Etats concernés, le gouvernement souhaite en outre examiner «l'hypothèse d'une levée anticipée des mesures transitoires qui restreignent l'accès de ceux-ci au marché du travail français, par rapport aux ressortissants communautaires».

Les opérations de démantèlement des campements illicites avalisées

Paris propose que cette question soit inscrite à l'ordre du jour de la prochaine session du Conseil de l'Union européenne, sous présidence chypriote.

La décision, prise lors d'une réunion interministérielle a été «de faciliter l'insertion par le travail, en élargissant et assouplissant très largement les contraintes qui pèsent aujourd'hui sur les populations Roms qui souhaitent travailler», a déclaré Cécile Duflot à l'issue de cette réunion. Le gouvernement a par ailleurs donné son aval aux opérations de démantèlement des campements illicites «dès lors qu'elles interviennent en application d'une décision de justice ou pour mettre fin à une situation de danger ou de risque sanitaire», selon un communiqué.

Un collectif rom reçue par Ayrault

Cette décision intervient au terme d’une journée de réunions sur le sujet. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait réuni en fin d'après-midi plusieurs ministres, dont Manuel Valls (Intérieur) et Cécile Duflot (Logement) pour arrêter ces mesures attendues après la polémique suscitée par le démantèlement de plusieurs camps illégaux et l'expulsion de certains de leurs occupants.

Jean-Marc Ayrault avait reçu auparavant des associations regroupées dans le collectif Romeurope, et leur avait annoncé des «avancées», ont-elles annoncé à leur sortie.

N. Bg. avec agences
Mots-clés
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr