La ministre de l'Egalité des Territoires et du Logement Cécile Duflot à l'Assemblée nationale, le 17 juillet 2012.
La ministre de l'Egalité des Territoires et du Logement Cécile Duflot à l'Assemblée nationale, le 17 juillet 2012. - WITT/SIPA

E.O.

Après avoir critiqué en creux Manuel Valls en affirmant que «démanteler des camps (de Roms) sans solutions, c'est mettre les gens dans une précarité encore plus grande», Cécile Duflot tempère son message ce vendredi et rappelle la position du gouvernement pour venir en aide aux Roms. 

Dans une tribune publiée dans Libération [article accessible aux abonné], la ministre du Logement pointe plutôt les défaillances du précédent gouvernement qui s’est «détourné» du «devoir et de l’obligation» de «leur offrir une vie meilleure». «Au démantèlement des camps», le gouvernement Fillon «ajoutait des reconduites à la frontière sur le territoire même de l’Union européenne», estime Cécile Duflot.  Et la ministre d’insister: «Stigmatiser sur une base ethnique une population déjà discriminée et expulser, dans une absurde et coûteuse logique d’objectifs chiffrés – comme l’a fait le précédent gouvernement – est non seulement honteux, c’est aussi inefficace.»

«Mettre en place une politique d’avenir»

L’ex-chef d’EELV plaide au contraire pour «une politique durable, humaine, efficace et exemplaire», ce qui «était le sens de l’engagement du candidat François Hollande». La ministre du Logement assure ainsi que «à la suite des décisions de justice» [concernant les expulsions de camps], «nous recensons les terrains et locaux disponibles immédiatement dans les départements qui sont en premier lieu concernés».

«Nous avons la possibilité, dans les semaines et mois à venir, de mettre en place une politique d’avenir pour les Roms en France, qui sera exemplaire en Europe», poursuit-elle.

La ministre répond ainsi aux vives critiques qui se sont élevées après l’évacuation de camps à Lille (Nord) et Lyon (Rhône) la semaine dernière. Les associations avaient même dénoncé une «expulsion déguisée» après le décollage pour la Roumanie de dizaines de Roms bénéficiant de l’Aide au retour. Mais Cécile Duflot précise aussi son propre jugement: la veille, elle avait dénoncé les démantèlements  de camps effectués sans qu’une solution préalable de relogement ait été trouvée.