Nathalie Kosciusko-Morizet, qui vise la direction de l'UMP, était à Lège-Cap-Ferret en Gironde, le 16 août 2012
Nathalie Kosciusko-Morizet, qui vise la direction de l'UMP, était à Lège-Cap-Ferret en Gironde, le 16 août 2012 - DUPUY FLORENT/SIPA

M.Gr.

La route pour accéder à la direction de l'UMP est encore longue. Celle de Nathalie Kosciusko-Morizet passe ce jeudi par Lège-Cap-Ferret, en Gironde. L'ancienne porte parole de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle y poursuit sa tournée estivale en «NKMobile», toujours à la recherche des 8.000 signatures de militants nécessaires, pour pouvoir se présenter à la présidence du parti de droite.

Dans une interview accordée au journal «Sud Ouest», elle détaille la troisième voie qu'elle a décidé de suivre. «Cet affrontement Copé-Fillon, les militants n'en voient pas l'actualité», détaille-t-elle dans le journal local», explique NKM, qui juge par ailleurs «la démarche d'Alain Juppé, intéressante». Pour elle, «le besoin d'une troisième voie» se faisait sentir. Et d'ajouter que «si j'attendais davantage pour lancer ma quête de parrainages, je n'y arriverais pas».

Douze propositions aux militants

Egalement interrogée sur la position à adopter face au FN, l'ancienne porte-parole annonce ne souhaiter aucun rapprochement avec ce parti, expliquant que, «quand on est à l'UMP, le parti gaulliste, on n'est pas proche du FN, qui est à l'origine un parti antigaulliste». Elle propose également «l’attitude, très claire, d'affirmer que nous ne passerons jamais d'alliance avec le FN».

Quant à la stratégie à adopter à l'UMP, NKM explique qu'il faut d'abord décentraliser le parti. «J'ai fait 12 propositions aux militants pour réorganiser l'UMP autour des élections municipales et locales», explique-t-elle à « Sud Ouest ». Jugeant le parti «très centralisé», elle rappelle dans cet entretien sa volonté de passer «un contrat trisannuel avec les fédérations en leur donnant un cadre avec des obligations de résultat, à l'intérieur duquel elles auraient de la responsabilité et de l'autonomie».

Au téléphone avec l’ancien président

Interrogée enfin sur Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet reconnaît parler régulièrement au téléphone avec l'ancien président. Hasard ou coïncidence, l’une des dernières dates de sa tournée estivale s’arrêtera notamment à Nice les 24 et 25 août, où se réuniront ces mêmes jours, l’association «Les Amis de Sarkozy». «Une amicale qui n'a ni portée politique ni vocation à s'exprimer pour lui», souligne NKM.