UMP: Nathalie Kosciusko-Morizet candidate à la présidence du parti

80 contributions
Publié le 21 juillet 2012.

DROITE - L'ancienne ministre de l'Ecologie fera face à Jean-François Copé et François Fillon...

L'ex-ministre Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé samedi à l'AFP qu'elle était candidate à la présidence de l'UMP en se posant «en alternative, en troisième voie», face au duel attendu Fillon-Copé.

«La présidentielle de 2017, ce n'est pas d'actualité aujourd'hui»

«Je lance dès la semaine prochaine ma campagne en partant à la recherche des 8.000 parrainages» d'adhérents requis pour concourir à l'élection à la présidence de l'UMP, en novembre, a déclaré l'ancienne porte-parole de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle, au retour d'un déplacement en Corse où elle avait réservé aux militants UMP locaux la primeur de sa démarche.

NKM, 39 ans, qui a parcouru un certain nombre de fédérations UMP à travers la France depuis début juillet, voit dans sa candidature «une démarche apaisante», à l'instar de celle qu'avait voulu incarner Alain Juppé, pour éviter «un combat des chefs avant l'heure».

«Elle n'est pas du tout dirigée contre l'un ou contre l'autre», a-t-elle insisté, mais «la présidentielle de 2017, ce n'est pas d'actualité aujourd'hui», alors que Fillon, candidat déjà déclaré, et Copé, futur candidat, ont tous deux clairement l'Elysée comme objectif.

«La filiation du sarkozysme»

«Dans ma tournée des fédérations, j'ai senti un grand désarroi des militants face à ce qui se présente comme un combat de personnes, quelles que soient les préférences personnelles des militants, a ajouté Kosciusko-Morizet, réélue de justesse députée de l'Essonne en juin dernier. Leur seule urgence, ce sont les municipales de 2014.»

Celle qui vient de lancer son mouvement «La France droite» veut que sa famille politique fasse preuve de «clarté dans ses valeurs». «Nos militants attendent qu'on dise clairement où on est», dit-elle en se fixant pour «ligne directrice»: «pas de concession avec le PS et pas de compromission avec le FN».

Ses trois axes? «La clarté, en nous revendiquant clairement de droite avec les valeurs du travail et de l'autorité»; «la filiation du sarkozysme», dans laquelle elle s'inscrit «clairement» car c'est l'affirmation des valeurs de droite, de l'esprit de réforme mais aussi le refus d'une «droite conservatrice»; la «décentralisation» vers les territoires de l'UMP, «un parti qui avait été construit pour l'élection présidentielle».

© 2012 AFP
Mots-clés
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr