François Hollande était sur le Tour de France le 20 juillet 2012.
François Hollande était sur le Tour de France le 20 juillet 2012. - P. WOJAZER / AP / SIPA

Il l’avait cochée sur son agenda. Avec une arrivée à Brive-la-Gaillarde, en Corrèze, la 18e étape du Tour de France était dessinée pour François Hollande. A une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée, avant le passage à Souillac, le président de la République a pris place dans la voiture du directeur du Tour Christian Prudhomme.

>> Voir le diaporama sur les politiques et le Tour de France

Hollande a ensuite suivi la fin de l’étape remportée par Mark Cavendish avant de féliciter sur le podium le maillot jaune du Tour de France, Bradley Wiggins, et le meilleur grimpeur, Thomas Voeckler avec qui il a longuement échangé devant les caméras de France Télévisions. Ces deux-là ne se quittent plus puisqu’en 2011 Hollande, à l’époque candidat aux primaires socialistes, avait déjà discuté devant les caméras avec Voeckler, maillot jaune au soir de cette 14e étape pyrénéenne. «Avant les grandes échéances, on est toujours tendu», avait alors glissé le cycliste à l’homme politique.

Cette année, Hollande, plus passionnée de football que de cyclisme, est revenu sur le Tour. «La politique, c'est aussi une course par étapes, il faut bien connaître la France», a dit François Hollande avant d’y aller de sa petite métaphore. «Moi je suis au tout début, il va y avoir des montagnes à gravir.» Et ùêùe pas de maillot à pois à l’arrivée.