UMP: Comment le parti va continuer à vivre avec 10 millions d'euros de moins

54 contributions
Publié le 17 juillet 2012.

POLITIQUE - Les maigres résultats du parti l'obligent à réduire la voilure financièrement...

Une période d’austérité s’ouvre à l’UMP. En cause: l’échec aux législatives et le non-respect de la loi sur la parité qui va faire baisser la dotation publique de quelque 10 millions d'euros par an dont bénéficie le parti. C’est le trésorier de l'UMP, Dominique Dord, candidat à la présidence du parti en novembre prochain, qui  l’a confirmé à l’AFP.

Si le montant des cotisations et des dons des militants devrait rester stable (18 millions d'euros), «notre objectif va donc être d'économiser les 10 millions d'euros de dotation publique manquants», a ajouté Dominique qui dit avoir remis au secrétaire général du parti, Jean-François Copé, une note de propositions.

Pas d’augmentation immédiate des cotisations

Une éventuelle hausse de la cotisation «n’est pas d’actualité», précise à 20 Minutes l’UMP. En tous les cas, «pas avant 2013». «J'ai recommandé qu'on augmente au premier janvier 2013 les cotisations des élus et des militants et que l'on réduise le financement des personnes morales associées à l'UMP (clubs, mouvements...), mais tout cela n'est pas arbitré», a précisé Dominique Dord. «Mais ce sera à la nouvelle équipe de le voter.»

Parmi les économies déjà entérinées figure une baisse sensible des effectifs du siège. «On va passer de 130 (équivalents plein temps) à un peu moins d'une centaine. Mais cela se fera en douceur, nuance Dominique Dord, puisqu'on avait anticipé ce risque en ayant recours à pas mal de contrats à durée déterminée qui vont s'interrompre fin juin ou fin juillet, ainsi qu'à des intérimaires et des stagiaires». Notamment au service de presse, durant la campagne présidentielle et législative.

Plus de grands rendez-vous du parti

Dernier élément important: la fin des grands-messes. Cette année, ni université d’été ni grand rassemblement coûteux. Le congrès très attendu de novembre, au cours duquel un président, un vice-président délégué et un secrétaire général doivent être élus, sera en fait une simple élection dans les fédérations. Finalement, un vote «papier» a été privilégié par rapport à un vote électronique, jugé trop coûteux (autour de 500.000 euros). Pour les autres futurs rendez-vous de l’UMP, le nouveau siège du parti, rue de Vaugirard (15e arrondissement de Paris) sera privilégié. Des évènements réunissant jusqu’à 400 personnes assises ou 900 personnes debout peuvent s’y tenir. «Rue de la Boétie [l’ancien siège dans le 8e arrondissement], dès qu’on dépassait 70 personnes, nous devions louer une salle», rappelle-t-on dans l’entourage de Jean-François Copé.

Ce qui ne devrait toutefois pas empêcher la tenue de quelques grands rendez-vous cet été et à la rentrée. Par exemple, la réunion des copéistes fin août à Maussane-les-Alpilles, dans les Bouches-du-Rhône. Un moment fort mais qui sera financé par Génération France, l’écurie de Jean-François Copé.

Alexandre Sulzer
Mots-clés
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr