14 juillet: Hollande va présider son premier défilé avant de s'adresser aux Français

0 contributions
Publié le 13 juillet 2012.

Le président François Hollande présidera samedi matin son premier défilé militaire du 14 juillet sur les Champs-Elysées, avant de s'adresser aux Français, pour réaffirmer le lien entre la Nation et son armée.

Sur le thème des armées "au service de la Nation et de la paix dans le monde", le défilé 2012 mettra à l'honneur les casques bleus qui servent dans le cadre des forces de l'ONU et les troupes rentrant d'opération extérieures (Opex).

Contesté durant la campagne présidentielle par la candidate écologiste, Eva Joly, qui proposait de le supprimer, le défilé militaire s'inscrit au contraire cette année dans une parfaite continuité malgré l'alternance politique.

Avec 4.950 hommes et femmes des trois armées et de plusieurs unités de la Sécurité civile qui s'élanceront peu après 10H00 sur les Champs-Elysées, le cru 2012 est aussi copieux que les années précédentes.

Béret bleu sur le tête, les hommes du bataillon français ayant servi récemment dans les rangs de la force des Nations unies au Liban (Finul) ouvriront la marche pour saluer le "rôle primordial" de l'Onu "dans la gestion des crises mondiales". 241 chevaux, 450 véhicules et 82 motos seront mobilisés pour le défilé au sol. Et 66 avions, dont deux appareils britanniques, et 32 hélicoptères participeront au défilé aérien. Avec un lâcher de parachutistes en point d'orgue.

Peu de nouveautés dans les matériels présentés. Le public pourra observer le nouvel hélicoptère multi-missions Caïman de la marine et un drone (un avion de surveillance sans pilote) doit survoler pour la première fois les Champs-Elysées.

Après une semaine de répétition pour régler cette "horlogerie assez fine", selon le général Bruno Dary, gouvernement militaire de Paris, les festivités doivent débuter dès vendredi soir avec le passage de la Patrouille de France au-dessus de Paris, à 19h15.

Pas de chefs d'Etat étrangers annoncés cette année pour assister aux cérémonies, mais des chefs d'état-major d'armées alliées de la France.

A l'issue du défilé, le président Hollande, chef des armées, s'entretiendra avec des soldats blessés en opération, notamment en Afghanistan, et des familles de militaires morts en mission.

A partir de 13H15, il s'adressera ensuite à la Nation, renouant avec la traditionnelle interview télévisée du chef de l'Etat pour la fête nationale. Le 14 Juillet, c'est "un moment important pour la Nation, c'est le lien réaffirmé avec l'armée et l'expression du patriotisme qui doit être le nôtre", avait-il souligné durant la campagne électorale. Depuis son arrivée à l'Elysée, François Hollande a multiplié les signes en direction des armées, très sollicitées depuis un an, avec les opérations en Libye ou en Afghanistan.

De l'hommage solennel rendu le 14 juin aux Invalides aux quatre soldats français tués cinq jours plus tôt en Afghanistan, au cours duquel il s'est engagé à ce que le retrait des forces françaises de ce pays se fasse "dans l'ordre et la sécurité".

A sa visite surprise le 4 juillet à bord du sous-marin nucléaire Le Terrible en plongée au large de la Bretagne, où il a réaffirmé auprès des militaires son attachement au maintien de la dissuasion nucléaire.

Un message qu'il devrait répéter samedi, au moment où les crédits de fonctionnement de la défense doivent être réduits pour lutter contre les déficits.

L'organisation du défilé militaire représente, selon le général Dary, un surcoût annuel d'environ 4 millions d'euros pour les armées. Reste l'inconnue de la météo. Averses et éclaircies sont pour l'instant annoncées.

© 2012 AFP
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr