Conférence sociale: Ayrault lance une multitude de négociations

7 contributions
Publié le 11 juillet 2012.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a lancé mardi, au terme d'une conférence sociale - innovation destinée à réformer dans la concertation -, une multitude de négociations avec le patronat et les syndicats pour redresser la compétitivité et sauver l'emploi.

"Nous venons de vivre un authentique moment de démocratie sociale", a affirmé le Premier ministre. "Le dialogue social sera la marque de fabrique de mon gouvernement".

"Les réformes structurelles ne peuvent être menées à la hussarde", a affirmé M. Ayrault qui veut prendre le temps du dialogue pour "rechercher le compromis". Il a rejeté la critique de ceux à droite qui voient dans le dialogue "un frein à l'action". "Le gouvernement fait face aux urgences", a-t-il assuré.

"Je suis inquiet. Cette conférence, c'est du cinéma", a réagi le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé, s'étonnant à son tour, comme François Fillon lundi, qu'"on nous annonce des réformes mais pas avant un an alors qu'il y a urgence".

A l'issue de deux jours de travaux intenses - sept tables rondes, 300 participants - le Premier ministre a annoncé la feuille de route.

Certaines réformes étaient attendues: une "négociation" sera lancée en septembre entre patronat et syndicats pour fixer les modalités du contrat de génération - idée phare du candidat François Hollande pour créer un tutorat junior/senior - avec l'objectif d'une mise en place en 2013.

L'encadrement des licenciements économiques abusifs dits "boursiers", sujet épineux s'il en est - la CGT demande leur redéfinition par une loi tandis que le Medef espère éviter toute législation - sera aussi à l'ordre du jour dans le cadre d'une négociation plus large sur "la sécurisisation de l'emploi".

Thibault (CGT) salue "un cap nouveau"

Il s'agit "en cas de projet de fermeture de site rentable, de créer une obligation de recherche de repreneur", a souligné M. Ayrault.

Face à la dégradation de la compétitivité des entreprises, que rappelle inlassablement le Medef, le gouvernement souhaite alléger leurs charges. Une loi en 2013 modifiera le financement de la protection sociale après "une concertation" avec les partenaires sociaux.

Une des pistes pourrait être un relèvement de la CSG sur laquelle serait transférée une partie des charges. "Parmi les modes de financement, il y a les cotisations, il y a la CSG", a déclaré sur France 3 Jean-Marc Ayrault, laissant l'option ouverte. Mais le sujet divise: la CGT e FO y sont opposées.

"Une mission sur la compétitivité" des entreprises est par ailleurs confiée à Louis Gallois (ex-EADS, ex-SNCF) afin de "préparer la mise en oeuvre d'actions concrètes, d'ici la fin de l'année".

Le chantier sensible des retraites sera rouvert, mais sans hâte: une "concertation" sera menée sur le sujet à partir du "printemps 2013".

Le gouvernement mènera aussi une réforme du Smic "avant la fin de l'année".

Les leaders syndicats sortent globalement satisfaits: "Le résultat n'est pas obligatoirement satisfaisant sur tous les sujets. Cependant l'essentiel y est", a affirmé François Chérèque (CFDT).

Son homologue de FO, Jean-Claude Mailly, est "satisfait du dialogue social apaisé" et de "la création d'un commissariat au dialogue social et à la prospective".

"On est sur un cap nouveau", un "volontarisme politique à l'égard des organisations de salariés sans comparaison avec ce que nous avons vécu ces cinq dernières années ", se targue de Bernard Thibault (CGT).

Mais selon lui, il y a un "loupé". Il regrette qu'il n'y ait pas de mesures rapides" face aux fermetures de sites.

La présidente du Medef Laurence Parisot est satisfaite de la méthode et du projet de réforme du financement de la protection sociale mais reste critique. Pour elle, la feuille de route du Premier ministre "ne tient pas compte" des réalités que vivent les entreprises" et les réformes de l'emploi risquent d'aller vers " des rigidités nouvelles".

© 2012 AFP
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr