Le Conseil de Paris a approuvé mardi la révision du plan local d'urbanisme (PLU) nécessitée par le projet d'extension du stade de tennis de Roland-Garros, après l'avis globalement positif de la commission d'enquête rendu fin juin.
Le Conseil de Paris a approuvé mardi la révision du plan local d'urbanisme (PLU) nécessitée par le projet d'extension du stade de tennis de Roland-Garros, après l'avis globalement positif de la commission d'enquête rendu fin juin. - Jacques Demarthon afp.com

© 2012 AFP

Le Conseil de Paris a approuvé mardi la révision du plan local d'urbanisme (PLU) nécessitée par le projet d'extension du stade de tennis de Roland-Garros, après l'avis globalement positif de la commission d'enquête rendu fin juin.

Le projet d'extension, adoubé par la Fédération française de tennis, prévoit que le site actuel, dans le XVIe arrondissement, passe de 8,5 à 13,5 hectares en utilisant une partie des serres d'Auteuil.

Un nouveau court de 5.000 places doit être bâti sur un endroit actuellement occupé par des "serres chaudes" contenant des collections de fleurs rares et des bâtiments techniques pour lesquels se battent plusieurs associations et de nombreux riverains.

La première adjointe chargée de l'urbanisme, Anne Hidalgo (PS), a relevé que cette révision ne faisait "certes pas l'unanimité, mais rassemblait une large majorité".

Si le PS et l'UMP emmenée par le maire du XVIe arrondissement Claude Goasguen l'ont défendue, elle a rencontré l'opposition du groupe EELV et des dissidents UMP David Alphand et Laurence Dreyfus, élus du XVIe.

Dans son rapport, la commissaire en charge de l'enquête publique, Anita Vendeville-Schettino, a assorti son avis favorable de cinq réserves et cinq recommandations. Les réserves portent notamment sur la hauteur maximale des constructions. Ces réserves vont être prises en compte, a assuré Mme Hidalgo.

En revanche, elle a rejeté le contre-projet de couverture d'une partie de l'A13 voisin, soutenu par le groupe EELV. "Nous avons démontré que c'est une solution bien plus coûteuse", a-t-elle souligné.