Ségolène Royal déclare n'avoir "rien demandé" pour obtenir de nouvelles fonctions, tout en indiquant "imaginer" qu'on lui en proposerait un jour.
Ségolène Royal déclare n'avoir "rien demandé" pour obtenir de nouvelles fonctions, tout en indiquant "imaginer" qu'on lui en proposerait un jour. - Kenzo Tribouillard afp.com

© 2012 AFP

Elle sort de son silence post défaite électorale. Ségolène Royal déclare n'avoir «rien demandé» pour obtenir de nouvelles fonctions, tout en indiquant «imaginer» qu'on lui en proposerait un jour.

«Je n'ai rien demandé», a déclaré la présidente de la région Poitou-Charentes sur RTL, en assurant qu'elle s'impliquait «plus que jamais» dans ses fonctions actuelles.

L'affaire du tweet «assez pénible à vivre

«J'ai vu que tous les jours pratiquement, on me prête une nouvelle fonction», a-t-elle ironisé, en réponse à une question sur l'éventualité d'une nomination à la tête de la future banque publique d'investissement souhaitée par les socialistes.

Toutefois, a-t-elle ajouté, «le moment viendra où je serai utile dans la fonction qui me sera proposée». Cela aura lieu?, a insisté le journaliste. «J'imagine», a répondu Ségolène Royal sans vouloir en dire davantage.

La présidente de la région Poitou-Charentes n'a pas voulu non plus revenir sur sa défaite aux législatives à La Rochelle, ni sur le tweet de soutien de la compagne du président Hollande, Valérie Trierweiler, à son rival, Olivier Falorni. «Je ne veux pas commenter (cette affaire). Elle a déjà été assez pénible à vivre».