Jean-François Copé, Rachida Dati et François Fillon, le 24 septembre 2010 lors de la session parlementaire de l'UMP à Biarritz.
 Jean-François Copé, Rachida Dati et François Fillon, le 24 septembre 2010 lors de la session parlementaire de l'UMP à Biarritz. - WITT/SIPA

E.O. avec AFP

Rachida Dati estime qu'il y a «beaucoup de dédain et de mépris» à son égard chez François Fillon et appelle l'ancien Premier ministre à rassembler autour de lui avant de songer à d'autres rassemblements.

«J'entends François Fillon, qui me traite avec beaucoup de mépris et de dédain, il veut rassembler, il veut entendre tout le monde» au sein de l'UMP, s'est exaspérée sur i>TELE la députée européenne et maire du 7e arrondissement de Paris. «Il ne m'a jamais appelée, ne serait-ce que pour me remercier. Je suis élue de la circonscription où il est élu», a-t-elle ajouté, en faisant allusion à sa décision de se retirer des législatives à Paris où elle aurait pu être en concurrence avec François Fillon.

«Il a laissé tomber les Sarthois»

«Il n'a jamais appelé non plus les Sarthois qu'il a laissés tomber. Donc, avant d'appeler (à un) rassemblement très éloigné, qu'il rassemble ceux qui sont plus proches de lui», a-t-elle conclu.

Mardi, Rachida Dati avait déjà lancé une charge - sans toutefois précisément désigner François Fillon - contre la transformation de l'UMP en «un parti de vieux notables et d'héritiers qui n'ont pas le courage d'aller conquérir le peuple là où il est».

«On a vu des "responsables" de notre parti faire le choix de se planquer pour éviter de subir une nouvelle défaite. Ils ne supportaient sans doute pas d'avoir à dépendre du peuple. Le peuple fera sans eux. Ils ne sont pas aptes à diriger demain notre parti», estimait-elle dans une tribune au Monde. La pique semble viser l'ex-Premier ministre, qui a été élu aux législatives dans la 2e circonscription de Paris, réputée acquise à la droite.