La ministre du Logement, Cécile Duflot, quitte samedi son poste de secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts au profit, sauf énorme surprise, du numéro deux Pascal Durand, forte d'un bilan dont elle est fière avec deux groupes écologistes au Parlement.
La ministre du Logement, Cécile Duflot, quitte samedi son poste de secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts au profit, sauf énorme surprise, du numéro deux Pascal Durand, forte d'un bilan dont elle est fière avec deux groupes écologistes au Parlement. - Bertrand Guay afp.com

avec AFP

Cécile Duflot part la tête haute. La ministre du Logement quitte samedi son poste de secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts au profit, sauf énorme surprise, du numéro deux Pascal Durand, forte d'un bilan dont elle est fière avec deux groupes écologistes au Parlement. D'après elle, c'est un moment historique pour EELV : deux ministres au gouvernement, un groupe à l'Assemblée avec 18 députés - dont 17 siègeront puisqu'elle-même laisse sa place à sa suppléante PS Danièle Hoffman-Rispal - un groupe au Sénat de 10 élus et 15 eurodéputés. «C'est une autre étape» de l'écologie politique, se félicite-t-elle alors qu'EELV veut oublier le désastreux 2,3% d'Eva Joly à la présidentielle. C'est aussi l'aboutissement d'un long processus qui a permis un accord en novembre dernier avec le PS sur 2012.

Elue en 2006 plus jeune patronne des Verts à 31 ans dans un total anonymat, Cécile Duflot a réussi à pacifier un parti longtemps qualifié d'ingérable. En six ans, elle a su «rassembler l'interne, faire cesser les querelles publiques, pour pouvoir élargir et réussir en externe», souligne Alexis Braud, un proche. Trois fois élue - du jamais vu chez les Verts -, elle a tenu le parti au gré de tensions récurrentes avec Daniel Cohn-Bendit qui n'hésite pas à la qualifier d'«apparatchik», elle et son complice Jean-Vincent Placé. Comme annoncé le 7 mai dernier, Cécile Duflot quitte donc, avec «le sentiment du devoir accompli», son poste samedi lors d'un Conseil fédéral où la direction doit être remaniée avec de nouveaux porte-parole notamment, après la démission de Laurence Vichnievsky et la promotion de Pascal Durand.

Duflot à la mairie de Paris?

Mais «il ne faut pas que l'arbre, si beau soit-il, cache la forêt», note l'eurodéputé Yannick Jadot, déplorant la perte de très nombreux militants et «coopérateurs» ces derniers mois, ainsi qu'un recul dans la «dynamique et l'esprit» d'Europe Ecologie aux européennes de 2009. Lui et d'autres «danystes» militent d'ailleurs pour un congrès anticipé au printemps 2013, au lieu de 2014, pour tout remettre à plat. Mais pour ce Conseil fédéral, «personne n'a vraiment eu de proposition alternative» à Pascal Durand, souligne-t-on à EELV. Pour Alexis Braud, «Pascal a, depuis trois ans, été avec Cécile l'un des artisans du fait qu'EELV n'explose pas en vol».

Partisan d'une «écologie de conviction et de construction», l'actuel porte-parole a comme feuille de route «le dialogue avec la société» pour «réussir à convaincre» de la «nécessité de la transition écologique». «Dudu», comme l'appelle «Cécile», un proche de Nicolas Hulot âgé de 51 ans, fait partie de l'ouverture d'Europe Ecologie au moment des européennes, quand «Dany» impulse la dynamique pour éviter le repli sur les seuls Verts. Un mouvement face auquel «la patronne» s'était montrée très sceptique au départ. Le résultat est à la hauteur de l'engouement suscité par la campagne «écolo»: 16,3%, talonnant le PS, seulement deux ans après le calamiteux 1,57% de Dominique Voynet à la présidentielle. Le succès est, dans une moindre mesure, aussi au rendez-vous aux régionales et aux cantonales. Puis c'est l'accident de parcours de la présidentielle avec Eva Joly qui, à la surprise générale, avait largement battu Nicolas Hulot à la primaire.

Pour EELV, désormais, «l'enjeu est de réussir à territorialiser et développer davantage le mouvement», explique Jean-Vincent Placé, qui reconnaît une «faiblesse d'implantation locale très forte dans les quartiers et le monde rural». Un des objectifs aussi : «mener des listes gagnantes dans les grandes villes françaises aux municipales de 2014». A commencer par Paris avec Cécile Duflot ?