Shell finalement autorisé à forer en Guyane, au détriment de la ministre de l'Ecologie

9 contributions
Publié le 23 juin 2012.

PARIS - La compagnie pétrolière Shell a finalement reçu vendredi les autorisations qu'elle espérait pour démarrer une campagne de forages controversée au large de la Guyane, après un imbroglio qui semble avoir coûté son maroquin à l'ex-ministre de l'Ecologie et de l'Energie Nicole Bricq.

Deux arrêtés ont été signés mercredi, a annoncé vendredi la préfecture de Guyane à l'AFP.

Ils autorisent Shell à lancer une campagne de forages exploratoires au large de la Guyane, et à mener d'ici la fin de l'année des études sismiques qui permettront d'évaluer le potentiel guyanais en hydrocarbures, après la découverte l'an dernier d'or noir par 6.000 mètres de profondeur.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole de Shell France a indiqué qu'avec l'obtention de ces feux verts, la campagne de forages allait pouvoir démarrer très rapidement, sans doute "dans le courant de la semaine prochaine".

"C'est un soulagement", a déclaré le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky, qui y voit un "signe positif" pour la Guyane et la France, vu les importantes retombées économiques potentielles du pétrole guyanais, et "pour les investisseurs internationaux".

La compagnie anglo-néerlandaise --associée en Guyane au français Total et à la britannique Tullow Oil-- est ainsi sortie victorieuse du bras de fer déclenché par Nicole Bricq.

Il y a dix jours, la ministre avait annoncé --conjointement avec son homologue chargé du Redressement productif Arnaud Montebourg-- une "remise à plat" de tous les permis d'exploration pétroliers et gaziers, en attendant une refonte du code minier, accusé de sacrifier l'environnement sur l'autel du libéralisme.

Conséquence immédiate: les forages programmés cet été par Shell en Guyane, préparés depuis des mois, et qui n'attendaient plus que les fameux arrêtés préfectoraux pour pouvoir démarrer, se retrouvaient du même coup suspendus.

Mais cette décision, annoncée à la stupéfaction de l'industrie pétrolière, a été rapidement contredite, après notamment la montée au créneau d'élus guyanais, très attachés aux retombées socio-économiques des forages.

Bricq débarquée de l'Ecologie

Dès le lendemain, un second communiqué commun précisait qu'il n'était "pas envisagé de remettre en cause les permis déjà octroyés pour la recherche de pétrole et de gaz conventionnel", ce qui avait été accueilli par Shell comme un premier signe positif.

Et ce mercredi, après une réunion avec le ministre de l'Outremer Victorin Lurel, des parlementaires guyanais ont annoncé à l'AFP que les arrêtés seraient rapidement signés et que les forages pourraient donc démarrer à la fin du mois.

Après cet imbroglio gouvernemental, Mme Bricq a été débarquée du ministère de l'Ecologie à la faveur du remaniement post-législatives intervenu jeudi, et recasée à la tête du Commerce extérieur. Elle a été remplacée par Delphine Batho, exfiltrée d'un ministère de la Justice où elle ne s'entendait pas avec sa ministre de tutelle... la guyanaise Christiane Taubira.

Un transfert très mal vécu par les associations de défense de l'environnement, déjà sonnées par le revirement autour de la "remise à plat" du permis de Shell.

"Il est difficile de ne pas voir l'éviction de Nicole Bricq comme la conséquence possible d'un lobbying efficace mené par l'industrie pétrolière. Il est vrai qu'en période de crise, le chantage à l'emploi est d'une redoutable efficacité", s'est alarmée vendredi l'association France nature environnement dans un communiqué.

Des soupçons d'intervention rejetés catégoriquement par le président de l'Ufip. "On est dans le fantasme, c'est totalement inapproprié", a-t-il réagi.

© 2012 AFP
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr