Hollande juge que Rio+20 est une "étape" mais réclame un "sursaut"

0 contributions
Publié le 21 juin 2012.

RIO DE JANEIRO - Le président français François Hollande a jugé mercredi que l'accord arraché lors du sommet Rio+20 constituait une "étape" mais a réclamé à ses partenaires un "sursaut" pour faire avancer la "grande cause" de l'environnement et du développement durable.

D'abord devant la presse à deux reprises puis ensuite à la tribune onusienne du sommet, M. Hollande s'est réjoui des "avancées réelles" enregistrées dans le projet de déclaration finale négocié par la présidence brésilienne mais pour en souligner aussitôt les "insuffisances".

Au titre des satisfactions, le chef de l'Etat a cité la "feuille de route" pour fixer les objectifs du développement durable en 2015, le "renforcement" du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), l'accord sur la "protection des océans", le "débat sur l'économie verte" et "l'accent mis sur la pauvreté et le social".

Au nom du même "langage de vérité", M. Hollande a regretté les insuffisances du sommet de Rio. "Ces résultats, aussi appréciables soient-ils, sont en-dessous de nos responsabilités et de nos attentes", a-t-il souligné.

Premier d'entre eux, le refus de nombre des 191 pays présents dans la mégalopole brésilienne de créer une agence de l'ONU spécialisée dans l'environnement, un objectif déjà défendu par la France sous la présidence de son prédécesseur à l'Elysée Nicolas Sarkozy. "Une nouvelle fois, nous n'avons pas été capables (...) de créer cette agence spécialisée pour l'environnement", a-t-il dit, "je ne désespère pas, non seulement de mener ce combat mais de le rendre un jour victorieux et d'installer cette organisation à Nairobi", siège du PNUE.

Autre regret, le fait que "la proposition d'instaurer des financements innovants", à commencer par la fameuse taxe sur les transactions financières, n'ait pas trouvé de "traduction concrète". "Si nous n'ajoutons pas des financements aux aides qui sont aujourd'hui prévues, nous ne pourrons pas atteindre (nos) objectifs", a mis en garde M. Hollande.

Comme il l'a fait au Mexique mardi, le président français a promis la mise en place d'une telle taxe en Europe et l'affectation de ses recettes "pour une grande partie" au développement et à la défense de l'environnement.

Des ONG françaises comme One, Oxfam et Aides ont toutefois déploré que M. Hollande ne donne pas l'exemple à Rio, en attendant cette taxe européenne, et qu'une partie des recettes de sa version française déjà existante ne soit pas affectée à l'environnement et au climat.

"Une telle annonce aurait pu compenser l'échec des négociations internationales qui ont abouti à un communiqué final du G20 vierge de toute référence à la taxe sur les transactions financières", ont-elles estimé.

Annoncée en janvier par Nicolas Sarkozy, cette taxe française de 0,1%, qui doit entrer en vigueur en août prochain, doit essentiellement permettre de réduire les déficits publics. Devant les journalistes français, son successeur a promis mercredi de lui "substituer une autre taxe d'une assiette plus large, avec une recette plus importante et une affectation différente". Mais sans fixer de calendrier.

François Hollande a également profité de sa tribune pour exhorter ses partenaires à un "sursaut" en matière de défense de l'environnement et de développement durable.

"Personne ne peut gagner seul contre les autres la grande bataille de l'environnement. Ou nous la gagnerons ensemble, ou nous la perdrons ensemble", a-t-il souligné en appelant à ne "pas opposer le nord et le sud (car) le développement durable est une question vitale pour le monde entier". "Pour sortir de la crise, nous avons besoin de plus de priorité donnée à l'écologie et à l'environnement", a conclu François Hollande.

© 2012 AFP
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr