Martine Furioli-Beaunier, candidate FN arrivée dimanche en 3ème position dans la circonscription de Carpentras-Nord, a décidé mardi de se retirer pour le second tour, afin de "faire barrage à la gauche".
Martine Furioli-Beaunier, candidate FN arrivée dimanche en 3ème position dans la circonscription de Carpentras-Nord, a décidé mardi de se retirer pour le second tour, afin de "faire barrage à la gauche". - Boris Horvat AFP

© 2012 AFP

Martine Furioli-Beaunier, candidate FN arrivée dimanche en 3ème position dans la circonscription de Carpentras-Nord, a décidé mardi de se retirer pour le second tour, afin de "faire barrage à la gauche".

"J'ai mûrement réfléchi, j'ai décidé de me retirer pour faire barrage à la gauche", a-t-elle expliqué à l'AFP, laissant le champ libre au second tour à l'UMP Julien Aubert, arrivé deuxième au premier tour, face au candidat PS Jean-François Lovisolo (35,27%).

Cette position "correspond à la ligne du parti", mais est une décision individuelle: "Je n'ai pas besoin de demander, je suis avocate, je suis indépendante de caractère", a-t-elle dit.

Selon elle, les électeurs sont "majoritairement à droite dans la circonscription. Il n'est donc pas normal qu'ils se retrouvent avec un député PS". "Je respecte mes électeurs, je pense qu'ils apprécieront ma démarche", a-t-elle ajouté, relevant que "c'est une erreur de la droite de ne pas s'allier".

Cette avocate avignonnaise, qui précise qu'elle n'est "pas encartée" au FN et se définit comme "souverainiste", s'était déjà présentée aux législatives de 2007, sous l'étiquette MPF, ainsi qu'aux municipales à Avignon.