Cécile Duflot, numéro un d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) qui s'est prononcée pour la dépénalisation du cannabis, a affirmé que François Hollande, qui l'a reçue jeudi, respectait "l'autonomie" des formations politiques de la majorité.
Cécile Duflot, numéro un d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) qui s'est prononcée pour la dépénalisation du cannabis, a affirmé que François Hollande, qui l'a reçue jeudi, respectait "l'autonomie" des formations politiques de la majorité. - Martin Bureau afp.com

© 2012 AFP

Cécile Duflot, numéro un d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) qui s'est prononcée pour la dépénalisation du cannabis, a affirmé que François Hollande, qui l'a reçue jeudi, respectait "l'autonomie" des formations politiques de la majorité.

Le président Hollande reçoit cette semaine les responsables des partis politiques représentés au Parlement, dans la perspective du G20 de Los Cabos (Mexique, 18 et 19 juin) et de la conférence sur le développement durable à Rio (du 20 au 22 juin).

Alors que la presse lui demandait, après son entretien, si elle avait abordé la question du cannabis avec le président, Mme Duflot, qui est également ministre du Logement, a répondu: M. Hollande "respecte parfaitement l'autonomie des formations politiques qui composent la majorité".

"Je crois qu'on a une connaissance réciproque de ce que sont les familles politiques, il sait ce que veut dire s'exprimer en tant que dirigeant d'un parti. Je le fais quasiment pour la dernière fois, dans 16 jours exactement vous pourrez échanger avec mon successeur", a-t-elle ajouté.

Mme Duflot a également indiqué avoir eu "un échange assez long sur la situation internationale et sur les enjeux du sommet du Rio+20 dont on sait qu'il est délicat".

"Le président de la République a décidé -- et je le dis là au nom d'EELV, j'en suis très heureuse -- de mettre les questions de transition écologique, les questions de pauvreté, les questions de développement au coeur de l'agenda international, qui a été énormément absorbé par les questions financières", a-t-elle affirmé.

Mercredi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait assuré que la dépénalisation du cannabis n'était "pas à l'ordre du jour" et souligné que la dirigeante écologiste, qui quittera le 23 juin ses fonctions à la tête d'EELV, serait bientôt au "service exclusif du gouvernement".