Vidéo: Najat Vallaud-Belkacem: «Nous souhaitons mettre en place un observatoire national des violences sexuelles»

12 contributions
Publié le 7 juin 2012.

INTERVIEW - Dans le cadre du Grand Forum «Marie-Claire» consacré aux violences sexuelles faites aux femmes, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, s'est montrée résolue sur le vote d'une nouvelle loi contre le harcèlement sexuel...

Après l’abrogation de la loi contre le harcèlement sexuel le 4 mai dernier, que dites-vous à toutes celles qui attendent une réponse?

Le gouvernement a totalement conscience de la gravité du vide juridique. On aurait dû transposer la directive de 2002 sur le harcèlement sexuel. Cela n’a pas été fait dans les temps avec les conséquences que l’on sait. Cela a entraîné une invalidation de la loi existante. Nous avons pris ce dossier en main dès les premiers jours avec Christiane Taubira. Les sénateurs se sont mobilisés en masse, il y a eu sept propositions de loi. Le projet a été transmis au Conseil d’Etat aujourd’hui. Il sera présenté au Conseil des Ministres mercredi prochain.

Que contient ce nouveau projet de loi?

Je ne peux en révéler les détails pour le moment, il y a une procédure. Nous avons travaillé en lien avec les associations féministes. Ce projet définit clairement l’incrimination, il améliore la directive de 2002. On a imaginé toutes les situations possibles : à l’université, au travail, dans la recherche d’un logement, d’un emploi, de façon à ce que toutes les situations puissent être appréhendées par la loi. Nous espérons qu’elle sera actée au plus tard en septembre.

Que deviennent les affaires qui ont été suspendues par l’abrogation de la loi?

Christiane Taubira, la Garde des Sceaux, a transmis une instruction au parquet pour que ces affaires soient traitées, qu’une réponse judiciaire soit apportée et qu’aucun cas ne reste impuni.

Quelles actions allez-vous mettre en place pour faire évoluer le droit des femmes?

Nous souhaitons mettre en place un observatoire national, une instance sur les violences sexuelles, afin d’instaurer la prévention et l’accompagnement les femmes. Ouvrir suffisamment de places d’hébergement pour les femmes victimes, qu’elles puissent y venir avec leurs enfants. Il convient d’y travailler avec les bailleurs sociaux. Ce n’est pas l’affaire de quelques-uns, mais celle de la société tout entière. Moi-même, je suis heureuse de travailler au sein d’un gouvernement féministe, qui n’est pas dans une parité de façade.

si la vidéo ne se lance pas cliquez ici

Propos recueillis par Claire Béziau / vidéo de Duron Jonathan
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr