Pour Ayrault, pas question d'exclure Montebourg du gouvernement

73 contributions
Publié le 23 mai 2012.

POLITIQUE - Le Premier ministre répond ainsi aux demandes de démission de la droite après la condamnation pour injure de Montebourg...

Le ministre socialiste du Redressement productif, Arnaud Montebourg, reste membre du gouvernement français malgré sa condamnation à verser l'euro symbolique pour injure publique envers cinq anciens dirigeants de la société maritime SeaFrance.

Appels à la démission de la droite

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a rejeté mardi les appels à la démission lancés par la droite, considérant que la probité d'Arnaud Montebourg n'était pas en cause et que la règle érigée par François Hollande refusant la présence de personnes condamnées dans son entourage était donc respectée. l'ex-ministre Nadine Morano, notamment, avait appelé à la démission d'Arnaud Montebourg quelques minutes après l'annonce de sa condamnation.

«Il va payer son euro»

Pour Jean-Marc Ayrault, «le principe affirmé par le président de la République est clair: il faut des responsables politiques exemplaires. Toute condamnation qui disqualifierait un responsable politique pour des actes contraires aux valeurs de la République conduirait à l'exclure du gouvernement», dit Jean-Marc Ayrault.

«Aucun membre du gouvernement n'est aujourd'hui dans ce cas de figure», estime-t-il. Le Premier ministre lui-même a été condamné en 1997 pour favoritisme à une peine de prison avec sursis aujourd'hui effacée de son casier par l'effet automatique d'une procédure dite de «réhabilitation» après dix ans.

Interrogé sur le sujet Montebourg, le président François Hollande a lancé aux journalistes: «Il va payer son euro». 

 

Avec Reuters
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr