Législatives: la bataille est lancée

5 contributions
Publié le 22 mai 2012.

PARIS - Les 6.611 candidats aux 577 sièges de députés ont lancé lundi la bataille des législatives des 10 et 17 juin, dont l'enjeu crucial est de savoir si François Hollande disposera de la majorité à l'Assemblée nationale.

La campagne du premier tour a commencé lundi à 00H00 et s'achèvera la veille du scrutin, le samedi 9 juin, à minuit. Pour le second tour, la campagne commencera sitôt le résultat du premier tour connu, le lundi 11 juin à 00H00, pour s'achever quelques heures avant l'ouverture du scrutin, le samedi 16 à minuit.

En Polynésie, où le premier tour a lieu une semaine plus tôt, la campagne a débuté depuis le 13 mai. Elle se terminera le 1er juin à minuit. Il en est de même pour les Français de l'étranger qui devront pour la première fois élire 11 députés.

En Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon où le scrutin a été avancé d'une journée pour tenir compte du décalage horaire, la campagne est décalée de 24 heures.

40% des candidats, soit 2.646 sur 6.611, sont des femmes.

"Je plaide coupable avec regret", a déclaré le numéro un de l'UMP Jean-François Copé, son parti présentant moins de 30% de femmes. "C'est un arbitrage que nous avons eu à rendre et qui était difficile dès lors" qu'une grande part des députés sortants se représentent, a-t-il dit.

La doyenne des candidats, 85 ans, se présente comme Divers droite dans la 16ème circonscription de Paris (qui correspond à une partie du 19ème arrondissement), Irène Akoun. Le benjamin, Alexis Atlani, 18 ans depuis février, est candidat dans la 5ème circonscription des Hauts-de-Seine (Levallois-Perret), sans l'étiquette d'aucun grand parti.

Dans toutes les communes, les panneaux électoraux ont à nouveau fleuri. Le record est détenu par la 8e circonscription de Paris (dans le XIIe arrondissement) où s'affrontent 23 candidats.

Tout affichage en dehors des emplacements réservés est interdit, et cela depuis le 1er décembre dernier. L'utilisation de publicité commerciale, sauf pour solliciter des dons, peut être sanctionnée de 75.000 euros, tout comme les campagnes de promotion des réalisations ou de la gestion des collectivités concernées par le scrutin.

En revanche, un candidat peut tenir toutes les réunions électorales qu'il veut, sans autorisation, ni déclaration préalable.

A la radio et à la télévision, pour le premier tour, trois heures d'émission sont mises à la disposition des partis qui ont un groupe parlementaire à l'Assemblée nationale. Pour le second tour, cette durée est réduite à 01H30.

Ces temps d'antenne sont répartis en deux parts égales entre les groupes de la majorité et ceux de l'opposition. Le temps d'antenne de chaque parti est ensuite déterminé entre les présidents des groupes concernés.

Les partis qui ne sont pas représentés par des groupes à l'Assemblée peuvent demander à bénéficier d'émissions radio-télévisées dès lors qu'ils ont au moins 75 candidats. Ils pourront alors disposer d'un temps d'antenne de 7 minutes pour le premier tour, et de 5 minutes pour le second.

En outre, il est interdit de distribuer des tracts ou tout message à caractère électoral à partir de la veille du scrutin à 00H00.

Enfin, aucun résultat d'élection, partiel ou définitif, ne peut être communiqué au public en métropole avant la fermeture du dernier bureau de vote. La publication de tout sondage est également interdite la veille de chaque tour et le jour du scrutin.

© 2012 AFP
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr