Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a promis vendredi sur France Inter une "concertation" avec enseignants et parents d'élèves sur la question des rythmes scolaires et de la semaine de cinq jours, à l'issue de laquelle un "arbitrage" sera rendu.
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a promis vendredi sur France Inter une "concertation" avec enseignants et parents d'élèves sur la question des rythmes scolaires et de la semaine de cinq jours, à l'issue de laquelle un "arbitrage" sera rendu. - Lionel Bonaventure afp.com

avec AFP

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a promis vendredi sur France Inter une «concertation» avec enseignants et parents d'élèves sur la question des rythmes scolaires et de la semaine de cinq jours, à l'issue de laquelle un «arbitrage» sera rendu.

Le nouveau ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, avait annoncé jeudi sur France Inter le retour à la semaine de cinq jours de classe en primaire «pour la rentrée 2013», ajoutant que «ce n'est pas le plus simple, mais nous le ferons». «Vincent Peillon a eu raison de rappeler que c'était une priorité», a jugé Jean-Marc Ayrault. Mais pour lui, le ministre n'a fait que rappeler que c'était un «chantier, une priorité». «La méthode, c'est la concertation», a-t-il martelé.

Vincent Peillon critiqué par Ségolène Royal

«Il y aura une concertation avec les enseignants, les parents d'élèves, les professionnels, tous ceux qui ont leur mot à dire et puis à la fin de cette concertation, il y aura un arbitrage, je le prendrai, pour que l'objectif principal soit respecté», a annoncé le chef du gouvernement.

La présidente PS de Poitou-Charentes, Ségolène Royal, avait critiqué jeudi l'annonce de Vincent Peillon, estimant qu'une telle décision nécessitait de la «concertation» et devait être «arbitrée» par le Premier ministre.