Hollande en visite au "ministère de la crise des banlieues"

3 contributions
Publié le 22 février 2012.

PARIS - Le candidat PS à l'Elysée François Hollande s'est rendu mercredi à Paris au "ministère de la crise des banlieues", installé par le collectif AC-LEFEU dans un hôtel particulier du IVe arrondissement, affirmant qu'"aucun territoire ne doit être délaissé, aucun citoyen ne doit être abandonné".

"Je viens pour qu'on ait le temps d'un dialogue et après le temps d'une action qui j'espère mobilisera largement les quartiers. Aucun territoire ne doit être délaissé, aucun citoyen ne doit être abandonné. Depuis hélas cinq ans, c'est le sentiment qui s'est installé", a déclaré M. Hollande à la presse avant d'entrer.

M. Hollande est le premier candidat à la présidentielle à se rendre dans cet hôtel particulier, sis au 26 rue Geoffroy-Lasnier, dans le Marais, où flotte sur la façade une bannière "Ministère de la crise des banlieues. AC-LEFEU". Le candidat socialiste était accompagné de son chef de cabinet, Faouzi Lamdaoui.

François Hollande a souligné être venu à l'invitation du collectif pour "les entendre, leur répondre de façon à ce que nous puissions avoir non seulement un dialogue mais une traduction. Il y a eu tellement de promesses qui ont été faites à ces quartiers, tellement de plans Marshall qui ont été annoncés sans aucune réalité".

Est-il prêt à rajouter à son programme une des douze propositions du collectif? "Nous verrons. Si certaines correspondent à ce que je pense utile pour la France, oui bien sûr", a répondu M. Hollande.

Un ministère des banlieues? "Il y a déjà eu des ministères de la Ville. Un ministère des territoires ou un ministère de l'égalité, oui", a noté le député de Corrèze.

Une trentaine de militants du collectif AC-LEFEU, créé après les émeutes de l'automne 2005, ont investi mardi le rez-de-chaussée de cet hôtel particulier pour que le sujet des banlieues ne soit pas oublié dans la campagne présidentielle. Ils ont formulé 12 propositions et lancé un appel aux candidats.

"Ce qu'ils demandent c'est que la campagne présidentielle porte sur le sujet de la jeunesse, de l'égalité et du développement de ces quartiers qui sont des atouts pour la France", a déclaré M. Hollande à l'issue d'un long entretien avec les responsables du collectif, dans un des salons lambrissés de l'hôtel. Son président, Mohamed Mechmache, s'est dit prêt à rencontrer de nouveau le candidat PS à son QG de campagne (avenue de Ségur, VIIe).

"Ils m'ont demandé d'être plus précis, plus clair sur les emplois d'avenir, les emplois jeunes dans les quartiers" et de porter attention aux "familles monoparentales", a indiqué M. Hollande.

"Ils m'ont interpellé aussi sur leur représentation à l'Assemblée nationale ou au gouvernement. Je me suis engagé", a-t-il dit soulignant que ces militants ne voulaient pas du mot diversité" mais avoir "une représentation à l'image de la France", a souligné le candidat.

Pour favoriser le développement des banlieues, "il faudra changer les dotations de l'Etat, les règles de péréquation entre collectivités, et la fiscalité", a-t-il jugé.

© 2012 AFP
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr