Nicolas Sarkozy se rendra jeudi sur le site de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) "pour évoquer la sûreté des centrales nucléaires françaises ainsi que les choix de politique énergétique", annonce ce mardi l'Elysée.

Intervenant en pleine vague de froid hivernale, cette visite aura une forte coloration politique, alors que Nicolas Sarkozy a tiré à boulets rouges sur l'accord conclu en novembre entre les socialistes et les Verts qui prévoit de ramener de 74% à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité en France. Lors d'un déplacement sur le site d'enrichissement d'uranium du Tricastin, le 25 novembre, il avait fustigé ceux qui "tournent le dos au progrès" et dont la politique équivaudrait à "un retour à l'époque de la bougie".

Conseil de politique nucléaire mercredi

Le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, a repris à son compte l'objectif des 50% à l'horizon 2020 de l'accord électoral entre le PS et les Verts. Mais il ne s'est prononcé que sur la fermeture de la centrale de Fessenheim, la plus vieille du parc nucléaire français, alors que le texte prévoyait d'arrêter progressivement 24 réacteurs sur les 58 installés en France. François Hollande s'est déclaré également en faveur de l'achèvement du chantier de la première centrale nucléaire française équipée de réacteurs EPR à Flamanville, dans la Manche.

De sources gouvernementales, Nicolas Sarkozy devrait présider un Conseil de politique nucléaire mercredi, à la veille de sa visite à Fessenheim.

Mots-clés :