Près de la moitié des membres de la majorité municipale UMP de Puteaux (Hauts-de-Seine) habite dans un logement social, ont affirmé lundi des élus de l'opposition sans être formellement démentis
Près de la moitié des membres de la majorité municipale UMP de Puteaux (Hauts-de-Seine) habite dans un logement social, ont affirmé lundi des élus de l'opposition sans être formellement démentis - Patrick Kovarik afp.com

Près de la moitié des membres de la majorité municipale UMP de Puteaux (Hauts-de-Seine) habite dans un logement social, ont affirmé lundi des élus de l'opposition sans être formellement démentis.

Le conseiller municipal d'opposition (MoDem) Christophe Grébert a publié sur son site internet une liste de seize élus de la majorité UMP (sur trente-cinq) qui vivraient selon lui dans un logement social. Nadine Jeanne, élue d'opposition PS, évalue quant à elle la proportion à «48%».

Contacté par l'AFP, M. Grébert explique avoir souhaité «faire la démonstration de l'existence d'un systèm»" au sein de la municipalité, confirmant ainsi des informations de presse.

D'après lui, les élus UMP représenteraient «une population plus favorisée» dans l'attribution de logement sociaux, alors que «3.000 demandes» seraient à ce jour «insatisfaites».

Joëlle Ceccaldi-Raynaud ne répond pas

«A Puteaux, quand vous êtes dans les petits papiers du maire, vous faites une demande et vous avez un logement en quinze jours», dit M. Grébert.

Sylvie Cancelloni, élue sur la liste de Christophe Grébert lors des élections municipales en 2008, dénonce pour sa part une «opacité complète» dans l'attribution des logements sociaux. «L'attribution des HLM se fait à la discrétion du maire (Joëlle Ceccaldi-Raynaud, ndlr)», dit-elle.

Contactée, la députée-maire UMP de Puteaux n'a pas donné suite aux appels de l'AFP. Une élue citée par Christophe Grébert a affirmé n'avoir «rien à se reprocher», sans souhaiter «faire davantage de commentaires».

Mots-clés :