Coup de gueule de Bougrab contre «certains mots qui blessent» à l'UMP

8 contributions
Publié le 10 novembre 2011.

POLITIQUE - L'UMP organise une convention UMP sur la nationalité ce jeudi...

La secrétaire d'Etat à la Jeunesse, Jeannette Bougrab, fille de harki, a déploré ce jeudi, en pleine convention UMP sur la nationalité, «certains mots qui blessent», notamment sur le manque de volonté d'intégration des immigrés en France.

«Attention à certains mots qui blessent. J'ai été blessée par les propos de (l'historien) Dimitri Casali et de (l'essayiste) Malika Sorel-Sutter», qui étaient invités comme intervenants à cette convention, a-t-elle lancé à leur côté.

M. Casali a déclaré qu'il fallait «réapprendre aux enfants à aimer la France», déplorant au passage que les manuels d'histoire fassent la part belle aux empires africains au détriment de François 1er.

Mme Sorel-Sutter a elle évoqué un déficit d'intégration, une mauvaise maîtrise de la langue et une ghettoïsation des immigrés souvent «voulue» et non «subie». L'UMP a aussi mis l'accent sur la nécessité d'écrire et de parler le français pour mieux s'intégrer.

«Moi, je suis fille de harki. Je n'ai aucun problème à venir débattre sur les questions de citoyenneté et de patriotisme parce que, dans ma famille, on sait le prix que cela a été», a lancé Jeannette Bougrab.

Maîtrise de la langue nationale

«Mon père ne sait pas lire ni écrire et il est sans doute plus français que vous ne l'êtes. Mon père, demain, 11 novembre, il portera le drapeau. Il fait partie des officiers de réserve. Est-ce qu'on va le dénoncer parce qu'il ne sait pas lire ni écrire? (...) Les gens comme mon père ne pouvaient pas aller à l'école. Dans l'Algérie coloniale, mon père n'est même pas allé en cours préparatoire parce qu'il n'y avait pas d'école...», a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, «apprendre la civilisation arabe, la civilisation chinoise et les autres grandes civilisations, c'est un atout à l'heure de la mondialisation», a souligné Mme Bougrab.

«Merci de nous dire ta vérité. Si toutes les familles en France étaient (comme) ta famille, on n'aurait pas besoin de faire une convention aujourd'hui», lui a répondu le député UMP Lionnel Luca (Droite populaire), qui animait les débats.

«Mais on n'exige pas pour hier ce que l'on est en droit d'exiger aujourd'hui. Un jeune d'aujourd'hui, quand l'école est obligatoire, c'est quand même bien qu'il maîtrise la langue nationale. On ne demande pas de porter les armes mais seulement le stylo-plume, ce n'est pas un effort insurmontable», a-t-il ajouté.

© 2011 AFP
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr