Hervé Mariton: «La théorie du genre n'a pas sa place dans un manuel scolaire»

INTERVIEW Le député UMP de la Drôme réagit à la polémique naissante auprès de 20Minutes...

Propos recueillis par Corentin Chauvel

— 

Le député UMP de la Drôme, Hervé Mariton, le 23 novembre 2010 à Paris.

Le député UMP de la Drôme, Hervé Mariton, le 23 novembre 2010 à Paris. — WITT / SIPA

Luc Chatel a envoyé ce mercredi une fin de non recevoir aux 80 députés UMP réclamant le retrait d'un manuel de Sciences de la vie et de la Terre (SVT) dont ils contestent un chapitre sur l'identité sexuelle des individus abordant notamment la théorie du genre. Hervé Mariton fait partie de ces parlementaires. Selon lui, il n’y a toutefois «aucune police des mœurs, aucune homophobie» derrière cet affront.

Qu’est-ce qui est le plus gênant pour vous, le contenu de la théorie des genres ou sa présence dans un manuel scientifique?
La théorie du genre n’est pas une réalité scientifique, elle n’a pas sa place dans un tel manuel. De plus, cela affaiblit l’ouvrage dans son ensemble et on habitue les jeunes à récuser des données scientifiques. En revanche, s’agissant d’un enseignement au lycée, si la théorie des genres devenait un enjeu de société, il ne serait pas interdit qu’elle soit abordée en cours de philosophie. Même si j’aurais dit non sur le fond.

>> L'interview de Najat Vallaud-Belkacem, secrétaire nationale du PS aux questions de société, c'est par ici

Est-ce vraiment au politique de s’emparer de cette affaire?
Ce n’est pas le Saint-Esprit qui fait les programmes! Nous en avons parlé ce mercredi matin au bureau politique de l’UMP. Un très large consensus de députés de différentes sensibilités estime que l’exécutif doit prendre ses responsabilités dans la rédaction des manuels scolaires. Il doit définir, préciser, expliciter le programme auprès des éditeurs, notamment quand ces contenus critiquables sont abordés.

Luc Chatel ne semble pas être en mesure de répondre à votre demande, qu’allez-vous faire?
La réaction du ministre montre qu’il n’a pas envie de prendre ses responsabilités, mais il ne peut pas y échapper et nous allons bien lui faire comprendre. Les éditeurs de manuels scolaires rédigent leurs ouvrages avec les indications et le contrôle du ministre. Et le ministre agit sous le contrôle du Parlement.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.