Hollande brocarde le bilan de Nicolas Sarkozy marqué par "trois records"

François Hollande, candidat à la primaire PS pour la présidentielle, ...

© 2011 AFP

— 

François Hollande, candidat à la primaire PS pour la présidentielle, a brocardé lundi à Marseille le bilan présidentiel de Nicolas Sarkozy marqué, selon lui, par "trois records": des niveaux inégalés de dette publique, du déficit extérieur et des violences aux personnes.

"Trois records vont être atteints à la fin du mandat de Nicolas Sarkozy. Il aura été le président du record de l'endettement: jamais la dette publique dans notre pays n'aura atteint ce niveau de 85% par rapport à la richesse nationale", a-t-il dit.

Le deuxième record concerne "le déficit commercial. Jamais dans l'histoire de l'après-guerre jusqu'à aujourd'hui, il n'y a eu un déficit du commerce extérieur de 60 milliards d'euros à la fin 2011".

"Le troisième record est celui des violences aux personnes" qui "ont augmenté de 20% depuis 2003".

Concernant les rumeurs touchant Martine Aubry, M. Hollande, qui les a à nouveau qualifiées "d'indignes", a rappelé "qu'une campagne, c'est toujours dur, notamment lorsque la droite peut perdre le pouvoir qu'elle occupe depuis dix ans. Je pense qu'elle (la droite: NDLR) ne reculera devant aucun procédé".

Après la primaire, "l'union sera vitale au sein du PS. A quoi sert le parti socialiste s'il ne parvient pas à reprendre le pouvoir à la droite qui l'occupe depuis dix ans ?", s'est-il interrogé.

François Hollande s'est félicité du soutien des élus locaux de la région Paca: "Je ne pensais pas qu'il y aurait autant d'élus. On m'avait dit qu'il y en aurait 40 et nous allons être plus de 120" parmi lesquels notamment Patrick Mennucci (conseil régional), Eugène Caselli (Marseille Provence Métropole), Marie-Arlette Carlotti et Michel Pezet (conseil général). "Il y a un vent de liberté, un vent de confiance qui souffle à l'égard de ma personne", s'est-il réjoui.

Interrogé sur l'absence remarquée de Jean-Noël Guérini, président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône, qui soutient Martine Aubry, M. Hollande a dit "respecte(r) tous les choix. Ceux qui sont avec moi, je les remercie, ceux qui ne le sont pas, je ne les blâme pas, ils le seront demain".